Archive

Centrafrique: Ils demandent la fermeture de líENS

Cíest ce qui figure sur la pétition des 452 ressortissants de líENS en instance díintégration

 

Des enseignants du fondamental 2 en instance díintégration, réunis au sein du collectif des ressortissants de líécole normale supérieure en instance díintégration (CRENSI), ont rendu publique une pétition dans laquelle, ils demandent la fermeture pure et simple de líécole normale supérieure qui les forme sans débouché. Cette décision intervient au sortir de leur assemblée générale ordinaire en date du 30 juillet dernier.

Les ressortissants de líécole normale supérieure avaient déjà manifesté leur mécontentement en organisant un sit-in. Malgré une réception par le Chef du gouvernement, ils avaient promis poursuivre les actions jusquíà obtention de gain de cause. Lors de ladite assemblée générale ordinaire en date du samedi 30 juillet 2011, ces derniers ont signé une pétition dans laquelle ils demandent au premier ministre Faustin Archange Touadéra et son gouvernement, díintervenir énergétiquement afin que les professeurs qualifiés qui sont au nombre de 452 soient intégrés dans la fonction publique afin de prêter mains fortes au système éducatif centrafricain. Ils prennent comme raison, le problème de baisse de niveau décriée par tous, la formation massive des enseignants sans intégration, etc.

 


Une pétition découle de cette assemblée des ressortissants de l'ENS
Selon eux, il níest plus nécessaire que líécole normale supérieure continue díexister puisque après la formation, ses ressortissants au lieu de rentrer dans la fonction publique comme tout formé de líécole nationale de la magistrature (ENAM), de líécole nationale de la police ou de la gendarmerie, etc., eux, cíest le chômage indéterminé qui les attend. Selon des indiscrétions, le secteur du fondamental 1 traverse la même galère, notamment avec les ressortissants de líécole normale des instituteurs dont plusieurs promotions attendent líintégration. Du coup, on se demande si le gouvernement est conscient du réel problème de baisse de niveau auquel fait face la République centrafricaine et aussi le taux díanalphabétisme qui ne cesse de grimper.

Pour le compte de líannée académique 2010-2011, la majorité des établissements díenseignements ne comptent que des enseignants vacataires et/ou stagiaires. Et pourtant, les vacataires aussi, de leur côté, se plaignent du fait que leurs frais de vacation des années 2009 et 2010 ne leur sont pas encore versés. Face à tous ces problèmes, on se demande encore comment líannée scolaire 2011-2012 va démarrer. Si dans leur pétition les ressortissants de líécole normale supérieure demandent la fermeture, cette information est confirmée par des administrateurs de cette école de formation qui reconnaît que cíest du non sens si líon forme pour mettre les ressortissants au chômage.

 



Commentaire


Retour en haut