Archive

Centrafrique: La réappropriation du titre foncier n°557 de L’Asecna

Cette décision a été prise par le gouvernement en vue de sécurisé le site près de l’Hôtel de classe internationale de luxe

 

Le ministre délégué à la Présidence de la République, chargé de l’Aviation Civile et du Transport Arien, Théodore Jousso, a décidé de la réappropriation du titre foncier n° 557 concédé à l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), sis sur l’Avenue de l’Indépendance, à Bangui. Le ministre Théodore Jousso a expliqué que l’Etat centrafricain a simplement pris sa responsabilité eu égard au caractère stratégique et environnemental de ce site qui se situe proche de l’Hôtel de classe internationale de luxe qui devrait être sécuriser immédiatement après sa mise en service très prochainement. Le membre du gouvernement a réitéré avoir pris cette décision en toute connaissance de cause, et cela ne met pas le pays en déphasage en sa qualité de pays membre de l’Asecna.

 


© africanflightplans.com
Un avion de l'Agence
Pour convaincre, Théodore Jousso s’est appesanti sur la participation active de la République Centrafricaine aux récentes instances statutaires de l’organisation tenues à Ndjamena au Tchad. Aussi, en tant qu’Etat membre, la République Centrafricaine s’emploi à contribuer de manière significative au bon fonctionnement de l’Agence. Le Ministre a toutefois signalé que le gouvernement centrafricain a déjà adressé une correspondance à ce sujet à la Direction Générale de l’Asecna. En réponse, la Direction générale de l’Asecna a sollicité l’appui du ministère de Tutelle et du gouvernement centrafricain à propos de la façon de piloter ce dossier. «En l’absence de signal fort du Directeur général de l’Asecna, nous sommes au regret de constater que la décision de notre pays reste irrévocable», a déclaré en substance le ministre Théodore Jousso.

Pour l’heure, cette affaire de désaffection du titre foncier n° 557 fait l’objet de consultations et d’échanges entre le gouvernement centrafricain et l’Agence. En tout état de cause, tout litige éventuel doit faire l’objet de la procédure de traitement prévue à cet effet à l’article 25 de la Convention de Dakar, ancienne formule, ou à l’article 21 de la Convention de Dakar révisée et en cours de ratification. Concernant la grève du personnel de l’Asecna, le ministre Théodore Jousso a indiqué qu’il n’est pas partie prenante à la gestion de ce dossier, d’où il faut éviter d’interférer dans les débats en cours entre l’Etat centrafricain et l’Asecna. Il convient de noter que la République Centrafricaine est l’un des pays membre fondateur de l’Asecna à travers les conventions successives de St Louis en 1959, Dakar en 1974 et révisée en 2010.

 



Commentaire


Retour en haut