Archive

La rue banguissoise boude le limogeage du Maire Barkès Gombe-Ketté

Il a été remplacé par Monsieur Nazaire Guéneféï Yangala, ancien Directeur des Services Financiers de la Municipalité de Bangui

 

Le 3 juillet 2011, par décret présidentiel, le Président de la Délégation spéciale de la ville de Bangui, Jean Barkès Gombe-Ketté a été limogé. Il est remplacé par Monsieur Nazaire Guéneféï Yangala, ancien Directeur des Services Financiers de la Municipalité de Bangui. Les raisons du limogeage de Jean Barkès Gombe-Ketté ne sont pas à ce jour connues mais selon Monsieur Moïdamsé en charge de la Communication de la Municipalité de Bangui, «cíest líintéressé lui-même qui a démissionné car ayant déposé sa lettre y relative depuis plus díun mois et trois jour». Autrement dit, Barkès Gombé-Ketté a démissionné de son poste de Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui. De sources proches de la Municipalité de Bangui, depuis líarrivée à la tête du Département de tutelle de la Mairie du pasteur Josué Binoua, en charge du ministère de líAdministration du Territoire et de la Décentralisation, líeau a coulé sous le pont et les choses ne sont plus comme avant. Comme illustration, notre interlocuteur qui recommande líanonymat nous rappelle ce coup de gueule du pasteur Binoua lors díune rencontre à la Mairie de Bangui à propos des Finances de la Municipalité. Josué Binoua, avait solennellement déclaré selon ce compatriote que le «flou qui entoure la gestion des finances de la Municipalité ne permet ni à son Ministère de tutelle ni à celui des Finances et du Budget de voir clair dans la somme des recettes de la Mairie de Bangui».

 


© journaldebangui.com
Le maire sortant de la ville de Bangui en RCA
Mais pour la rue banguissoise, bien au-delà de tout ce quíon peut reprocher au Maire sortant, son brusque limogeage ne convainc nullement. Pour certains banguissois, le limogeage de Jean Barkès Gombe-Ketté aurait de «relents revanchards» étant donné quíil se trouve être malheureusement le frère de Monsieur Lala Bévarrah qui se revendique du mouvement rebelle de la CPJP (Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix). Magloire est cadre au sein díun parti de la Majorité présidentielle et soutient que sous cape, on raconte même «que le Maire est en contact permanent avec son frère rebelle et quíil préparerait quelque chose contre le pouvoir». Mais dans les rues de Bangui, on désapprouve la décision du Chef de líEtat de limoger Jean Barkès Gombe-Ketté. « On aurait pu opposer une fin de non recevoir à sa lettre de démission » nous confie un étudiant en droit à líUniversité de Bangui qui ajoute par ailleurs « quíen acceptant son offre, le pouvoir de Bangui donne raison à ceux qui pensent quíil attendait depuis longtemps au tournant ». «Reste à savoir si le nouveau venu saura être à la hauteur de líhéritage à lui légué», déclare Sandrine, étudiante en deuxième année de Droit à la Faculté de Droit et Sciences Politiques.
Fleury Koursany

 



Commentaire


Retour en haut