Archive

Libreville: Début de la 9ème édition du festival de musique Gabao

La manifestation va enregistrer la participation d’artistes nationaux et internationaux tels que Idylle Mamba de Centrafrique, Tina du Gabon et autres

 

La 9ème édition du festival Gabao démarre, jeudi prochain à Libreville, a annoncé, au cours d’une conférence de presse, M. Jules Kamdem, l’organisateur de la manifestation qui va enregistrer la participation d’artistes nationaux et internationaux tels que Danielle Eog du Cameroun, Idylle Mamba de Centrafrique, Tina du Gabon… Seront également de la partie les meilleurs Slameurs du Gabon, le groupe de Rap gabonais Movaizhaleine, Youssoupha, un artiste de la République démocratique du Congo (RDC) établi en France, Kôba, Kifra-l et Fang du Gabon, ainsi que bien d’autres artistes et musiciens, a ajouté M. Kamdem. Cette 9ème édition du Festival Gabao va donner la possibilité au public de découvrir le genre féminin dans la musique Hip-hop et offrir aux musiciens gabonais l’opportunité de rencontrer des professionnels qui pourraient leur donner l’occasion de prester dans d’autres pays que le Gabon, a-t-il ajouté.
Le festival de quatre jours va démarrer jeudi par la session “Meet a pro”, au cours de laquelle artistes et professionnels locaux auront la possibilité de rencontrer des professionnels venus d’autres régions d’Afrique et d’Europe.

 


© Journalducameroun.com
Festival Gabao 2011, 9ème éditon
Les innovations de la 9ème édition
Afin de diversifier l’offre culturelle résolument concentrée à Libreville, le festival gabao s’inscrira dans une logique de décentralisation en s’invitant à Port Gentil, capital économique du Gabon qui aura ainsi l’honneur d’accueillir la cérémonie et le concert de clôture du festival. Dans le prolongement de cette 9ème édition, le festival célèbrera la créativité locale et récompensera les artistes, DJ, animateurs télé et radio, professionnels qui auront marqués l’année de leur travail lors du 1er gabao hip hop awards le 17 décembre 2011. Outre les concerts (les soirées slam et 100% hip hop), les rencontres professionnelles (elles donneront l’occasion aux professionnels et partenaires de se rencontrer, d’échanger et d’envisager ensemble les nouvelles approches de collaboration et les conditions de structuration et de développement du mouvement hip hop en Afrique), projection de films («slam ce qui nous brûle» de Pascal Tessaud est un documentaire de 52 minutes avec Grand Corps Malade), performance graffit (plusieurs graffeurs locaux et de la sous région mettront en commun leurs expériences et savoir-faire pour la réalisation d’une grande fresque murale au cœur de la ville) résidence de création complèteront le tableau de cette édition du festival gabao.

Les journées de vendredi et samedi seront réservées aux rencontres professionnelles. Professionnels et partenaires de la musique pourront ainsi se rencontrer, échanger et envisager ensemble les nouvelles approches de collaboration ainsi que les conditions de structuration et de développement du mouvement Hip-Hop en Afrique, a expliqué M. Kamdem. Créé en 2003 sous l’appellation Festival Gabao Hip Hop, le projet, aujourd’hui l’un des plus grands rendez-vous des cultures urbaines en Afrique subsaharienne francophone, accueille plusieurs concerts sur quatre jours et offre de nombreuses opportunités de formation aux artistes et opérateurs culturels africains. Sa programmation privilégie tant les têtes d’affiche que les découvertes. Pour s’être ouvert à toutes les musiques du monde, afin de toucher un public encore plus large, le Festival Gabao hip hop est devenu le Festival Gabao tout court.

 



Commentaire


Retour en haut