Archive

RCA : les rebelles Antibalaka dénoncent le double langage du gouvernement

Les Antibalaka aile Ngaïssona se tiennent contre les rencontres parallèles de Khartoum à líinitiative de la Russie et du Soudan

 

Les Antibalaka aile Ngaïssona se sont inscrits dans un processus politique aussitôt après líaccord du 10 mai signé en marge du forum centrafricain de réconciliation en 2015 et disent attendre le DDRR. Leur position est contraire à líaile soutenue par Mokom jusque-là considéré comme un partisan de Naïrobi. Cíest dans ce contexte que les Antibalaka proches de Ngaïssona ont fustigé líattitude du gouvernement qui officiellement dit ne pas soutenir líinitiative de Khartoum mais qui dans les faits líapprouve.

 


© Droits réservés
La déclaration du porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazaguy est loin de rassurer certains groupes armés qui voient la coïncidence comme une manúuvre de faire échec à la feuille de route de líUnion Africaine « la méthodologie du travail de líUnion Africaine est appréciable et au moment où les groupes armés doivent harmoniser les points de vue que Khartoum est venu faire de líintrusion et nous tenons à préciser que cette approche níengage en rien les Antibalaka dont Edouard Patrice Ngaïssona est le coordonnateur », a indiqué Dieudonné Ndomaté.

Il appelle à líadhésion au processus de paix ainsi quíà líaccélération du DDRR « nous attendons tous la mise en úuvre du DDRR qui jusque níavance pas comme nous líavons souhaité et selon les conclusions de Bouar nous estimons que tous les points sont discutables, et par la même occasion nous rejetons líidée du Rassemblement Centrafricain décidé à Khartoum » a-t-il lâché.

Les conclusions de Khartoum rejoignent la feuille de route de líUnion Africaine alors que sur les 104 points harmonisés et remis à Faustin Archange Touadera les points de Khartoum níy figurent pas

 



Commentaire


Retour en haut