Archive

RCA : Touadera a créé une commission pour sortir le pays de la crise

La commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation sera dirigée par le Premier ministre Mathieu Simplice Sarandji.

 

Pour mener des enquêtes et fournir un rapport détaillé sur les formes de violences commises pendant la crise centrafricaine, combattre l’impunité et réconcilier le peuple, le Forum National de Bangui tenu du 4 au 11 mai 2015 avait recommandé la création de la Commission Vérité-justice- réparation et réconciliation.

 


© Le Monde
Cinq mois après la mise en place du comité de pilotage, un bureau vient d’être validé par le président centrafricain. Selon le premier Ministre président de ce comité de pilotage ce bureau s’est installé pour chercher à valider le budget et préparer les équipes à descendre sur le terrain auprès des populations pour les écouter et apprécier leur perception à ce qu’ils attendent de l’Etat.

« Quant à ce que nous avions vécu dans notre pays depuis fort longtemps, le chef de l’Etat a toujours relevé deux choses, nous avons la justice qui fonctionne dans notre pays la justice officiel, tout ne doit pas être traité ou régler dans nos justice traditionnel», a-t-il insisté à la sortie d’une rencontre avec tous les membres mardi dernier à Bangui.

La Commission Vérité, Justice et Réconciliation rentre dans la ligne de la Justice transitionnel. « Pour que cela soit dans les normes, il faut qu’une équipe descende sur le terrain pour écouter nos population et ramener leurs attentes. C’est sur la base de cela que nous allons élaborer le projet de Loi relatif à cette problématique », précise Mathieu Simplice Sarandji.

Pour le premier-ministre, les choses vont démarrer la semaine prochaine, « les formations vont se faire car on ne peut pas envoyer les gens sur le terrain sans les former. Une fois que cela soient fait, ils vont maintenant être à pied d’œuvre », a-t-il ajouté.
La Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation a été créée le 8 mars 2018, ceci dans l’objectif de recenser les plaintes de la population.

 



Commentaire


Retour en haut