Archive

RCA: le chef de guerre Abdoulaye Hissène jugé par contumace

Ce procès se tient une semaine après la rentrée de la session criminelle en RCA

 

Ce matin débute à Bangui la deuxième semaine de la session criminelle. Une remise en marche de la justice ordinaire importante dans ce pays qui est toujours en proie aux violences. La session criminelle juge des cas de droit commun, mais elle porte aussi des cas plus symboliques. En janvier, elle síétait emparée du cas du chef de milice anti-balaka Rodrigue Ngaïbona, alias Andjilo, qui a été condamné aux travaux forcés à perpétuité. Aujourdíhui, cíest un autre cas emblématique qui va être devant la cour : celui du chef de guerre Abdoulaye Hissène. Mais il ne sera pas dans le box des accusés.

 


© lanouvellecentrafrique.info
Cíest par contumace que doit être jugé ce principal cadre militaire du Fprc. Abdoulaye Hissène se trouve actuellement dans le nord-est du pays, région quíil contrôle avec ses hommes. Arrêté le 15 mars 2016, il síétait évadé de manière spectaculaire seulement quelques heures plus tard.

Il doit être jugé par la justice centrafricaine pour association de malfaiteurs, atteinte à la sûreté de líEtat, détention illégale díarmes ou de munitions de guerre, destruction díédifices publics, rébellion.

Sous sanction des Nations unies, pour avoir notamment « orchestré des violences dans le quartier KM5 de Bangui qui ont fait 5 morts et 20 blessés » fin 2015, Abdoulaye Hissène fait aussi líobjet de sanctions de la part des Etats-Unis et du Tchad.

Si ce procès est vu de manière positive, beaucoup craignent que des crimes restent impunis. Sur place, les associations de défense des droits se veulent rassurantes. Elles estiment que ce procès devant la justice ordinaire est une première étape. La Cour pénale spéciale de RCA et/ou la CPI pourront à leur tour síemparer du dossier Abdoulaye Hissène.

 



Commentaire


Retour en haut