Archive

RCA : les cultivateurs locaux se plaignent de líattitude de la FAO

Dans la Nana-Mambéré, les semences des Ong nationales ne sont plus validées par la FAO

 

À en croire aux affirmations de certaines ONG locales, chaque année, à líapproche de chaque saison agricole, ARNG, CDAP et bien díautres, qui reçoivent chaque année la commande des semences de la part de la FAO qui, à son tour, les redistribue aux cultivateurs dans díautres régions du pays pour la campagne agricole. Entre temps, les ONG locales, pour se préparer à avoir la quantité suffisante demandée habituellement par la FAO, se tournent auprès des cultivateurs locaux pour récolter des semences sous la promesse du paiement après la livraison à leur cliente qui níest autre que la FAO. Sauf que depuis près de deux ans, les choses ne marchent plus comme avant.

 


© diaspora.magazine.com
En décembre 2017, la FAO, qui devrait passer sa nouvelle commande auprès de ses fournisseurs habituels dans la région, préfère aller voir ailleurs dans díautres pays pour les mêmes produits sous prétexte que les semences présentées par la CDAP, líARNG et autres sont de mauvaise qualité alors que líagence centrafricaine pour le développement agricole (ACDA) certifie le contraire.
Cependant, les 70 tonnes díarachides et 75 tonnes de maïs stockées par exemple par líONG CDAP ne trouvent plus de preneur. Cíest díailleurs le cas de líARNG et bien díautres dans la Nana-Mambéré et líOuham-Péndé.
Au même moment, des informations circulent que la FAO se tourne vers des fournisseurs congolais et camerounais pour síapprovisionner en semences. Alors, à quoi sert la promotion agricole prônée par la FAO ? À la fin, on est premier à dire quíen Centrafrique on ne produit pas assezÖ
Contactés par CNC, certains responsables de la FAO rejettent en bloc cette fausse accusation. Selon eux, la FAO ne traite pas directement avec les Organisations non gouvernementales (Ong) pour síapprovisionner en semences. Par contre, il yía des règles et des procédures à respecter en matière díappel díoffres. Or, « les ONG dont vous avez cité ne font pas partie de la liste de nos fournisseurs habituels. Peut-être elles fournissent nos fournisseurs, qui, à leur tour, traitent avec la FAO», a expliqué líun des responsables de la FAO Centrafrique.
Cependant, certaines informations discrètes circulent que beaucoup des fournisseurs locaux qui traitent directement avec la FAO créent souvent leur propre ONG pour faire ce genre de jeu qui níest pas conforme à la règle de la FAO.
Pour líheure, les cultivateurs qui ont fourni les semences aux ONG locales perdent patience et montent en créneau pour demander leur paiement. Le problème, avec plus de 100 millions de dettes sur elles, comment remboursent-elles leur dette envers les cultivateurs locaux ? Que vont devenir les semences stockées par les ONG locales dans leur entrepôt ?
Une situation bien plus difficile à gérer non seulement par la FAO, mais aussi par les Associations et Organisation non gouvernementale nationale qui font, en quelque sorte, la promotion de notre agriculture.

 



Commentaire


Retour en haut