Archive

Centrafrique : Bangui accueille le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa

Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa est accueilli par son homologue Faustin Archange Touadera au tarmac de líaéroport Bangui

 

Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa est accueilli par son homologue Faustin Archange Touadera au tarmac de líaéroport Bangui Mípoko avant le bain de foule à travers les artères de la ville de Bangui où il a été fortement ovationné par des élèves, des groupes de danses folkloriques et des membres díorganisations politiques.

Le président portugais a foulé le sol centrafricain quelques jours avant le second anniversaire de líaccession au pouvoir de Faustin Archange Touadera. Selon des sources proches de la présidence cette visite síinscrit dans le cadre díun ballet diplomatique qui positionne le pays parmi les pays fréquentables de líaprès crise. Cette récupération politique, loin de faire líunanimité cadre bien avec le bilan attendu de Touadera díici le 30 mars.

 


© droits réservés
Au centre de cette visite de travail entre les deux chefs díEtat la question sécuritaire occupe une place importante. Díabord la participation de Lisbonne comme pays contributeur des troupes au sein de la Minusca, ensuite le commandement de líEUTM jusque-là assuré par la Belgique a cédé le témoin au Portugal. Enfin, ancienne puissance économique, le Portugal jadis, influent dans le pays sur le plan commercial a perdu sa notoriété au profit des libanais et aujourdíhui des chinois qui se bousculent au portillon pour se créer des débouchés commerciaux.

Selon le programme de cette visite, un tête à tête est prévu entre les deux personnalités dans un contexte de diversification des relations diplomatiques entre la RCA et les Etats tiers. Toute la question est aujourdíhui de savoir après cette visite si le Portugal qui dispose díun bureau consulaire dans le pays pourra ériger le consulat en Ambassade. Marcelo Rebelo de Sousa foule le sol du pays après son compatriote Antonio Guteress, Secrétaire général des Nations unies.


Commentaire


Retour en haut