Archive

Centrafrique: Des hommes armés attaquent le village Sokoumba

Bastion des rebelles de la CPJP, on síinterroge sur líidentité des «bandits»

 

Situé à quelques 55 km de la ville de Ndélé, les habitants de Sokoumba entre Ndélé et Akoussoulbak dans la préfecture de Bamingui-Bangoran auraient reçu une visite inopportune de plusieurs hommes armés se déplaçant avec des chevaux en plein midi. La population nía a pris la fuite pour se réfugier dans la brousse à la vue des 14 hommes armés portant tous des masques. Les nombreux coups de feu quíils ont tirés, ont effrayé les villageois. Selon notre source, ils auraient demandé quelques renseignements au chef du village. Avant de partir, ils auraient probablement pillé le village. Moussa, un vendeur qui est arrivé dans ce village seulement la veille en provenance de la ville de Ndélé, ne voulant pas laisser ses hommes prendre ses marchandises, se serait égorgé publiquement. Aussi, trois autres personnes auraient été blessées par balles et seraient déjà transférées à líhôpital de Ndélé pour des soins.

 


© rcamagazine.com
Des hommes armée de la LRA en Centrafrique
Il faut noter que le village Sokoumba est situé à quelques 25 km du village Akoussoulbak, base de la rébellion de la convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Alors, qui sont ces bandits armés? Síils se sont tirés aisément après leur forfait, à quoi doit-on síattendre? Si ce sont réellement des étrangers, que cherchent-ils en République Centrafricaine? La situation dans le nord de la République Centrafricaine est de plus en plus alarmante avec ces irruptions armées. Pour la plupart des cas, les hommes armés seraient des étrangers venus du Tchad ou du Soudan pour des objectifs précis. Ces derniers temps, ils procèdent fréquemment à des enlèvements, des attaques des villages éloignés pour se procurer des vivres. La seule chose qui reste encore plus préoccupante est de savoir à quel groupe appartiennent véritablement ces hommes. On se rappelle il y a quelques jours que le groupe de la CPJP a signé des accords avec le gouvernement, et que le groupe du rebelle tchadien Labé a signé un accord avec le médiateur de la République du Tchad pour cesser ses exactions et rentrer au Tchad

 



Commentaire


Retour en haut