Archive

Centrafrique : le FPRC appelle ses rebelles à agréer les préfets nommés par le gouvernement

C'est Abdoulaye Hissène, nommé en octobre dernier en tant que président du Conseil national de défense et de sécurité (CNDS) du mouvement qui a fait cette annonce.

 

Le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), l'un des principaux groupes armés centrafricains, est revenu sur sa décision antérieure de s'opposer aux préfets nommés par le gouvernement dans les zones sous leur contrôle, et a demandé à ses hommes de les agréer, a révélé à Xinhua un chef du mouvement.

C'est Abdoulaye Hissène, nommé en octobre dernier en tant que président du Conseil national de défense et de sécurité (CNDS) du mouvement qui a fait cette annonce.

"Nous étions sensibles au sort de la population longtemps victimes des atrocités", a déclaré M. Hissène, demandant à tous les groupes armés se revendiquant de la Séléka d'accepter les préfets nommés par le gouvernement et de leur obéir.

"Les préfets et les sous-préfets sont les porte-voix des populations auprès du gouvernement", a-t-il poursuivi, se disant avoir suffisamment sensibilisé ses hommes sur le rôle et la place de ces autorités dans la communauté. Il a mis en garde quiconque tentera d'enfreindre à cette décision du bureau politique du FPRC car tout contrevenant sera sévèrement sanctionné.

Pour lever toute équivoque, M. Hissène a déclaré : "je lance cet appel en qualité de chef et je tiens une parcelle de mon pouvoir du chef suprême du mouvement, Noureddine Adam".

Il a émis le vúu que les préfets et sous-préfets nommés par le gouvernement rendent effectivement leur service et que l'administration soit redéployée, signe du retour de l'autorité de l'Etat partout sur le territoire.

Parmi seize préfets nommés en août dernier, huit sont des officiers de l'armée et sont affectés dans les zones sous-contrôle rebelle. Autrefois, le FPRC avait catégoriquement rejeté les préfets de la Vakaga (extrême nord-est), le commandant Léonard Mbélé, du Bamingui-Bangoran (nord), le lieutenant-colonel Venant-Nicaise Adouma, de la Nana-Gribizi (centre-nord), le colonel Augustin Tombeau et de la Haut-Kotto (centre-nord), Evariste-Thierry Binguinidji.

Le dernier, avec l'aide de la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA, était le premier à prendre ses fonctions dans la ville centrafricaine de Bria, chef-lieu de la préfecture de Haute-Kotto.

 



Commentaire


Retour en haut