Archive

Centrafrique : 3 morts dans des manifestations réclamant le lynchage des rebelles arrêtés

Au moins trois personnes ont perdu la vie, dont une a été lynchée à mort, lors des manifestations survenues mercredi dans l'après-midi dans la ville centrafricaine de Paoua

 

Au moins trois personnes ont perdu la vie, dont une a été lynchée à mort, lors des manifestations survenues mercredi dans l'après-midi dans la ville centrafricaine de Paoua (nord-ouest) réclamant le lynchage des rebelles arrêtés, a appris Xinhua jeudi d'une source locale.

Selon la source, des casques bleus camerounais avaient arrêté mercredi au tour de Paoua 18 éléments de la bande armée Mouvement national pour la libération de la Centrafrique (MNLC), et étaient sur le point de les remettre aux institutions compétentes, lorsque des habitants et des déplacés de la ville se sont mobilisés devant la base pour exiger le lynchage de ces rebelles arrêtés, un acte de vengeance contre eux.

Les manifestations se sont ensuite étendues, avec l'érection des barricades sur presque toutes les chaussées et des tirs à l'arme automatique jusqu'à vers 20h heure locale, faisant au moins trois morts, dont un déplacé lynché, six boutiques ont également été pillées, a précisé la même source.

Depuis décembre 2017, de récurrents affrontements entre les rebelles de Révolution justice (RJ) et ceux des autres factions séléka dont le MNLC ont causé de lourds dégâts humains et matériaux dans la préfecture de l'Ouham Pendé. Selon des sources humanitaires, plus de 60.000 personnes ont envahi le centre-ville de Paoua pour préserver leur vie, exposant les habitants à de terribles situations humanitaires.

A compter du 12 janvier dernier, des casques bleus camerounais et bangladais ont lancé un raid d'envergure autour de Paoua contre les bandes armées, même avec des moyens aériens, afin de les déloger et de permettre aux populations de retourner chez elles.

Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA, a appelé la population de Paoua au calme et a promis que les 18 éléments du MNLC seront effectivement présentés à Bangui pour être remis aux autorités compétentes.

 



Commentaire


Retour en haut