Archive

Condamnation à perpétuité pour les assassins du magistrat Modeste Martineau Bria

La cour criminelle présidée par le Magistrat Pamphile Oradimo a condamné par contumace, mardi 9 janvier 2018 à Bangui, aux travaux forcés à perpétuité, Junior Bienvenu Bolowane et Malam Oumar

 

La cour criminelle présidée par le Magistrat Pamphile Oradimo a condamné par contumace, mardi 9 janvier 2018 à Bangui, aux travaux forcés à perpétuité, Junior Bienvenu Bolowane et Malam Oumar Ďíalias Oumar Saïd pour l'assassinat, le 16 novembre 2013, du Magistrat Modeste Martineau Bria.

La Cour a également condamné les accusés à payer à la succession Bria Modeste Martineau la somme de 250 millions de francs CFA à titre de dommages et intérêts et celle díun franc CFA symbolique aux ONG des droits de líhomme qui se sont constituées partie civile, à savoir l'Observatoire centrafricain des droits de l'Homme (OCDH), la Ligue centrafricaine des droits de l'Homme (LCDH) et la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

A l'énoncé du verdict, líun des avocats du collectif des ONG, Maître Barthélemy Mathias Morouba, a exprimé sa double satisfaction morale non seulement pour la peine mais aussi pour avoir été suivi en ce qui concerne les dommages et intérêts.

 


© Droits reservés
"Nous allons nous concerter avec les autres pour prendre une décision et saisir la cour de cassation afin que sur ce point l'arrêt de la cour criminelle soit révisée", a-t-il toutefois relevé, jugeant insuffisant le montant des dommages intérêts et indiquant ne pas savoir comment localiser et prendre les deux personnes condamnées "afin qu'elles puissent indemniser la famille Bria".

L'assassinat, le 16 novembre 2013, de Modeste Martineau Bria, alors inspecteur général des services judiciaires avait suscité une vive émotion dans le pays, dirigé à l'époque par le chef rebelle Michel Djotodia, et donné lieu à une marche de protestation des magistrats et avocats.

Celle-ci sera suivie, le 5 décembre 2013, par un assaut des miliciens anti-balaka contre le régime de Michel Djotodia, qui sera contraint à la démission un mois plus tard.


Commentaire


Retour en haut