Archive

Centrafrique : Situation très chaotique à Paoua

Les habitants de la ville de Paoua et ses environs tirent le diable par la queue suite aux affrontements MPC-RJ.

 

Depuis mercredi 27 décembre dernier, un violent combat oppose les éléments de la ĎíRévoltion-Justice (R-J)íí, groupe armé dirigé par Armel Ningatoloum Sayo aux éléments du Mouement patriotique pour la Centrafrique (MPC) de Mahamat Alkatim dans la localité de Paoua au nord-ouest de la RCA. Environs 13 000 maisons ont été incendiées et 35 000 personnes sont déplacées des villages vers la ville de Paoua.

Lucien Mbaïgoto, Député de Papoua, a annoncé au moins une accalmie ayant permis aux secouristes díenlever quelques corps. « Cíest la désolation à Paoua avec líafflux des déplacés qui manquent de tout. Les familles díaccueil sont débordées, des sites de fortune sont créés partout. Plus díune centaine de personnes, belligérants et populations civiles confondus ont péri. On dénombre également plus de 13 000 maisons incendiées et 35 000 personnes déplacées », a-t-il déclaré.

Face à cette situation, deux membres du gouvernement, à savoir Marie Noëlle Koyara, Ministre de la Défense nationale et Henri Wanzet Linguissara, Ministre de la Sécurité publique ont effectué une descente sur les théâtres des opérations le week-end dernier. De retour à Bangui, le Ministre de la Sécurité publique a déclaré aux médias que le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires pour apporter assistance aux populations en détresse.

« Cíest notre devoir de marquer la présence de líEtat aux côtés des Centrafricains », martèle le Ministre Wanzet qui explique que « sur instruction du Chef de líEtat, ma collègue et moi, nous sommes rendus à Paoua pour constater les faits. Je puis vous rassurer que des mesures immédiates sont díores et déjà prises pour permettre aux déplacés de retourner chez eux ».

En ce qui concerne les belligérants, un responsable politique du MPC contacté nía pas daigné se prononcer. Par contre, Armel Sayo de la R-J a motivé líassaut lancé par son mouvement contre la faction séléka du MPC par sa vocation díassurer la protection de la population civile de la préfecture de líOuham-Pendé contre les exactions des groupes armés en provenance díautres localités.

 



Commentaire


Retour en haut