Archive

Le gouvernement centrafricain favorable à une restauration apaisée de l'autorité de l'Etat sur son territoire

"Le gouvernement de la République Centrafricaine, sur la base de l'orientation du chef de l'Etat, níest pas belliqueux". a déclaré Ange Maxime Kazagui.

 

Le ministre de la Communication et des Média, Porte-parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui a affirmé, lors díun entretien mercredi 27 décembre 2017 à Bangui, la préférence du gouvernement pour la négociation dans le processus de restauration de l'autorité de l'Etat sur le territoire centrafricain.

"Le gouvernement de la République Centrafricaine, sur la base de l'orientation du chef de l'Etat, níest pas belliqueux". a déclaré Ange Maxime Kazagui.

"Le gouvernement est conscient de sa fragilité à tous égards, mais il a décidé díaller vers de la négociation, mais il a aussi décidé quíil est important qu'il restaure ses forces armées et qu'il restaure líautorité de líEtat sur toutes les parties du territoire", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Selon lui, "Cela est en train de se faire progressivement, parfois sans qu'il y ait des forces de défense et de sécurité en place. Parfois c'est cíest la MINUSCA (Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation de la République Centrafricaine) seulement et parfois il n'y a que quelques éléments des forces de défense et de sécurité ».

 


© Droits reservés
"Donc notre pays est en train d'avancer sur ses deux pieds, à présent", a encore souligné Ange Maxime Kazagui, relevant que "c'est peut-être cela qui en train de créer un peu de nervosité".

Le porte-parole du gouvernement fait ainsi allusion aux propos tenus par le responsable du FPRC, Noureddine Adam, qui nía pas apprécié líinstallation díun préfet militaire à Birao, chef lieu de la Préfecture de la Vakaga.

Il convient de signaler que deux membres du gouvernement ont effectué, en début de semaine, un déplacement à Birao, chef lieu de la Préfecture de la Vakaga, une ville située à plus de 1000 km à líextrême Nord de Bangui.


Commentaire


Retour en haut