Archive

Pourquoi la livraison d'armes enchante les Centrafricains

Le gouvernement centrafricain a réceptionné la première livraison díarmes promises par la Russie.

 

Il síagit là d'une exemption accordée par l'ONU à Moscou à l'embargo sur les armes décrété sur la Centrafrique.

Moscou procède depuis le 19 décembre, à une livraison officielle díarmes à la République Centrafricaine. Le lot est composé entre autres de fusils d'assaut, de pistolets, et de RPG. La livraison est planifiée en trois phases : maintenant, en décembre, puis en février et en avril prochain 2018. Selon Bangui et Moscou, ces armes sont destinées à équiper les deux bataillons des forces armées centrafricaines (FACA) déjà formés par l'EUTM, la mission de formation militaire de líUnion Européenne.

"Le feu vert" a été donné au terme d'un long processus d'accord rompu à plusieurs reprises par les Occidentaux qui ont demandé davantage d'informations à Moscou.

Washington, Paris et Londres ont notamment réclamé à leur partenaire russe des mesures renforcées de stockage de ces armes en Centrafrique et de les identifier précisément avec des numéros de série, selon des sources diplomatiques.

 


© Droits reservés
La Centrafrique, où des groupes armés continuent de sévir, est visée par un embargo sur les armes depuis 2013. Les dirigeants centrafricains ont demandé, il y a quelques mois, à la Russie de leur fournir des armes pour des unités en cours de formation par l'Union européenne.

Líembargo qui pèse sur les armes à destination de la RCA depuis 2013 est considéré par les certains Centrafricains comme injuste alors que les rebelles parviennent, eux, toujours à s'armer.

"L'embargo a été injuste et n'a pas été efficace", a déclaré Christian Guenebem, ancien président du Conseil national de la jeunesse centrafricaine. (Écoutez l'audio en cliquant sur l'image).

Alarme de líUnicef

Plus de la moitié des Centrafricains ayant besoin d'aide humanitaire sont des enfants. Cíest ce quía annoncé le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, líUNICEF.

Les enfants et les femmes sont les premières victimes díaprès la représentante de l'UNICEF en République centrafricaine. Au moins 600.000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays.


Commentaire


Retour en haut