Archive

Centrafrique : calme relatif à Kaga-Bandoro

Après la tentative échouée de la neutralisation des soldats de la Minusca et la destruction effective de certains bâtiments de lÉtat à Kaga-Bandoro par les combattants rebelles de la Séléka

 

Après la tentative échouée de la neutralisation des soldats de la Minusca et la destruction effective de certains bâtiments de lÉtat à Kaga-Bandoro par les combattants rebelles de la Séléka, le calme est revenu timidement ce dimanche matin dans la ville.

Comme ils lont annoncé depuis plusieurs jours, les combattants rebelles du Mouvement Patriotique Centrafricain (MPC) du Général Mahamat Al Khatim ont littéralement détruit certains bâtiments de lÉtat comme la résidence officielle du Préfet de la Nana-Gribizi et le Tribunal de grande instance de la ville ce samedi 9 décembre.
Alors que la résidence du Préfet venait à peine dêtre reconstruite pour son installation, les sélékas, qui nont dailleurs pas apprécié la venue dun Préfet nommé par le Gouvernement de Bangui dans leur localité de Kaga-Bandoro, ont tout simplement mis en exécution leur menace de détruire tous les bâtiments administratifs dans leur secteur si jamais la Minusca procédera à linstallation du nouveau Préfet pro-gouvernement de la Nana-Gribizi.

Aussitôt installer par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies en Centrafrique (MINUSCA) le samedi dernier, le nouveau Préfet a dû recourir à ses jambes pour prendre la poudre descampette et rejoindre la base militaire de la mission de lONU dans la ville.
Protégé par les soldats de lONU, le nouveau Préfet a pu séchapper belle de lattaque des rebelles du MPC qui a malheureusement fait fuir la population civile dans la brousse pour les uns, et dans les camps des déplacés pour les autres.

Entre temps le bâtiment abritant le tribunal de grande instance a, lui aussi, été incendié par les rebelles.

Pour lheure, le bilan de lattaque du samedi dernier reste toujours inconnu, mais une source locale parle dau moins 2 morts du côté de la population civile, sans compter les bâtiments de lÉtat détruits.

Il ya lieu de rappeler que le mouvement patriotique centrafricain (MPC) dirigé par le Général Mahamat Al Khatim est lune des factions rebelles de la Séléka qui vient de se retirer du processus du Désarmement-Démobilisation-Réinsertion et Rapatriement (DDRR) des combattants rebelles initié par le Chef de lÉtat Faustin archange Touadéra quils accusent de jouer le jeu des miliciens Anti-Balaka.

Avec la stratégie mise en place par le Gouvernement pour ramener la paix dans le pays, la Republique Centrafricaine nest pas près de retrouver le chemin de la paix tant souhaitée par les Centrafricains.

 



Commentaire


Retour en haut