Archive

Célébration en différé à Bangui de la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida

Cette tendance est la même quand il síagit des personnes placées sous les traitements antirétroviraux

 

Le Premier Ministre et vice-président du Comité national de lutte contre le VIH/Sida (CNLS), Simplice-Mathieu Sarandji, a présidé, vendredi 8 décembre 2017 au lycée des Rapides à Bangui, la célébration en différé de la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida sur le thème : « Le droit à la santé » et le slogan national : « Líimplication des hommes dans la lutte contre le VIH/Sida ».

Le Premier Ministre Simplice-Mathieu Sarandji a expliqué que le thème de la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida síinscrit dans la droite ligne de ce qui est prescrit dans la profession de foi du président de la République, Faustin-Archange Touadéra.

Ayant constaté que les hommes sont plus réticents à connaître leur état sérologique et à suivre les traitements antirétroviraux, le chef du gouvernement a exhorté les hommes qui sont en même temps chefs de famille à se faire dépister au même titre que leurs conjointes qui líont réalisé lors des consultations prénatales.

Cette tendance est la même quand il síagit des personnes placées sous les traitements antirétroviraux, a-t-il indiqué, ajoutant à titre d'exemple qu'en décembre 2016, sur les 32131 personnes vivant avec le VIH/Sida, on comptait 21027 femmes sous placées sous les traitements antirétroviraux contre seulement 8 510 hommes.

Le Premier-ministre Sarandji a fermement condamné la pratique de certains médecins qui détournent les médicaments destinés aux personnes vivant avec le VIH/Sida au profit des patients de leurs cliniques.

Il a invité les malades et la communauté médicale à redoubler díeffort afin de relever les défis selon lesquels 90% personnes infectées doivent connaître leur statut sérologique, 90% des personnes infectées doivent être mises sous les traitements antirétroviraux et 90% des personnes sous les traitements antirétroviraux doivent avoir une charge virale nulle díici líhorizon 2030.

Le Directeur-Pays de líONU SIDA, Dr. El Hadj Abdallahi Fah a quant à lui souligné que la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida offre líoccasion au gouvernement et aux partenaires de renouveler leurs engagements dans la riposte à líépidémie du VIH/Sida et manifester ainsi leur solidarité à líégard des personnes vivant avec le VIH/Sida.

Par ailleurs, le président du réseau des personnes vivant avec le VIH/Sida (RECAPEV), Gilbert Grémalet, a indiqué que le sida ne disparaitra pas tant que des mesures radicales ne seront pas prises pour la bouter hors du territoire national.

Il convient de rappeler que la journée mondiale de lutte contre le VIH/sidacélébrée le 1er décembre de chaque année a été reportée en République Centrafricaine en raison de la célébration de l'anniversaire de la proclamation de la République Centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut