Archive

Organisation de la deuxième session de l'Académie Centrafricaine de Presse

Le but de cette formation est de renforcer les capacités des journalistes en temps de crise, surtout que la République Centrafricaine (RCA)

 

Le responsable des programmes de l'Académie Centrafricaine de Presse, Prosper Ndouba, a exhorté les bénéficiaires de cette formation, sur le journalisme en temps de crise, sécurité, paix et justice, à être attentifs et participatifs, à l'ouverture des travaux de la deuxième session, lundi 20 novembre 2017, à Bangui.

Le but de cette formation est de renforcer les capacités des journalistes en temps de crise, surtout que la République Centrafricaine (RCA) est un pays en crise et que la manière de traiter l'information peut avoir des conséquences redoutables dans un pays fragile.

Prosper Ndouba a profité de l'occasion pour présenter les principaux formateurs à líoccasion de cette session, à savoir Richard Werly, correspondant à Paris du quotidien suisse 'Le Temps', Sylvie Coma, antérieurement reporter à Radio France Internationale (RFI), et Dominique Gerbaud, ancien rédacteur en chef du journal La Croix et ancien président de l'ONG Reporters sans frontières.

Du point de vue de la méthodologie, cette session est faite díexposés suivis díéchanges, en prélude à un atelier díécriture devant aboutir à la production díun journal école dénommé ĎCentrafrique Hebdoí, entièrement écrit par les participants.

Délivrant les principaux vúux de Laurent Foucher, Président de la société Télécel Global qui appuie la session de formation, Richard Werly les a classés en quatre points qui sont : líimportance de líinformation qui incombe aux journalistes, líinformation utile pour les télécommunications, les effets positifs ou négatifs de líinformation, et enfin, líinformation comme levier de la paix ou de líinsécurité.

 


© Droits reservés
Rappelant l'historique de l'académie, dont la première session síétait tenue en juin dernier à Bangui, Prosper Ndouba a signalé que cela provenait d'une réflexion de M. Laurent Foucher, plusieurs fois approché par des professionnels des médias chez qui il a identifié le besoin d'une formation.

Il est à noter que Telecel-Centrafrique, un des opérateurs de téléphonie mobile en RCA, s'est suffisamment déployé sur le territoire national et s'est récemment engagé dans une nouvelle formule consistant à privilégier des sites en provinces alimentés en énergie solaires.

En raison des sollicitations, Telecel offre deux fois par semaine le wifi sur le campus de l'Université de Bangui.

Il convient de signaler que la session de formation ouverte ce 20 novembre regroupe des professionnels des médias publics et privés ainsi que des étudiants du Département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui.

Elle prendra fin, samedi 25 novembre dans la matinée, par une conférence-débat à laquelle devrait prendre part le président de la République, FAustin Archange Touadéra.


Commentaire


Retour en haut