Archive

Eugénie Yafara exige une franche collaboration entre les FACA et la Minusca

Des femmes leaders du pays exigent de la Minusca une collaboration avec les forces armées centrafricaines seule condition pour un retour durable de la paix et de stabilité.

 

Des femmes leaders du pays exigent de la Minusca une collaboration avec les forces armées centrafricaines seule condition pour un retour durable de la paix et de stabilité. Position exprimée dans une interview accordée au RJDH à Bangui.

Líidée díassocier les forces armées centrafricaines(FACA) avec la mission onusienne en Centrafrique intervient après le plaidoyer du président de la République Faustin Archange Touadera devant líassemblée générale des Nations Unies, demandant à cette occasion líaugmentation des soldats de la paix de líONU. Plusieurs organisations de la société civile et la classe politique ont exigé díune part que les bataillons certifiés par líEUTM soient immédiatement déployés et que le travail du gouvernement en matière de la sécurisation du pays soit aussi renforcé.

Eugénie Yarafa membre de la plate-forme femme leader de la société civile síaligne dans cette voie et appelle au renforcement des activités de formations des FACA, « je míinscris dans toutes les initiatives que le gouvernement est en train de déployer mais je souhaite que cela soit renforcées avec líaide de la Communauté internationale. Que les partenaires puissent doter le gouvernement dans ce programme de formation des forces de sécurité intérieure afin de venir en appui avec la Minusca. Car partout ailleurs, les forces onusiennes travaillent en synergie avec les forces de défense et de sécurité» a-t-elle exprimé.

Elle exige, líapplication des résolutions de la Minusca, « cíest vrai, on peut saluer líaugmentation de líeffectif des forces de la Minusca. Mais avec líétat des lieux aujourdíhui, la Minusca doit travailler avec nos forces de sécurité. Il faut que le mandat de la Minusca soit effectif sur le terrain » a insisté líancienne ministre des Affaires sociales avant de pointer du doigt, certains contingents non professionnels, « cíest bien díaugmenter le nombre, mais la qualité des contingents doit être également étudiée, donc il faut que les soldats soient professionnels pour aider le gouvernement centrafricain dans le cadre de la restauration de líEtat, par ce que le mandat de la Minusca cíest la protection des civils » a ajouté la même source.

Le chef des opérations de maintien de la paix des nations unies Jean Pierre Lacroix en visite en Centrafrique en aout dernier síest dit favorable au déploiement des FACA pour contribuer dans líaccomplissement dans sa mission.

 



Commentaire


Retour en haut