Archive

La Minusca síoppose à líamnistie en faveur des auteurs des crimes

Dans un rapport de mi-octobre, la Minusca a recommandé au gouvernement de rejeter toute question díamnistie sur les violations et abus graves des droits de líHomme commis dans le pays

 

Dans un rapport de mi-octobre, la Minusca a recommandé au gouvernement de rejeter toute question díamnistie sur les violations et abus graves des droits de líHomme commis dans le pays. Recommandations faites lors de sa traditionnelle conférence de presse ce mercredi à Bangui.

Le rapport de la Division des droits de líHomme a été rendu public dans un contexte díaffrontements entre les fractions de la coalition Séléka dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute Kotto peu avant líarrivée du secrétaire général de líONU dans le pays.

Ce rapport indique que des graves violations et abus des droits de líHomme et des violations généralisées du droit international humanitaire ont été commis dans le centre et le centre-est du pays entre le 21 novembre 2016 et le 21 février 2017. Ces violations et les abus documentés sont entre autres, « des meurtres, des blessures, des enlèvements, des viols, des dénis de soins médicaux et díassistance humanitaire, des expropriations et des destructions de propriétés ainsi que des restrictions de la liberté de circulation sont attribués au FPRC et líUPC» peut-on lire dans le document.

 


© Droits reservés
Selon les statistiques de la Division des Droits de líHomme de la Minusca « au moins 133 civiles dont 82 hommes, 16 femmes, 10 enfants et 25 personnes díâge et de sexe inconnus ont été tués. La DDH a pu attribuer 111 de ces meurtres vérifiés à líUPC et 22 à la coalition du FPRC » a indiqué la Minusca.

Le Porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro, appelle le gouvernement à ne pas mettre dans le programme la question de líamnistie devant toutes ces formes de crimes commis dans le pays, « dans ce rapport il est recommandé au gouvernement quíil n y est pas díamnistie aux auteurs de ces crimes. Et le rapport recommande également à la communauté internationale de renforcer le financement de líopérationnalisation de la Cour Pénale Spéciale, puisse que cette cour est très importante pour lutter contre líimpunité en RCA » exige la Minusca.

Adama Dieng conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies lors de sa rencontre avec Mathieu Simplice Sarandji se sont convenus sur la question et la position du gouvernement reste celle du forum de Bangui même si les groupes armés siègent au gouvernement.


Commentaire


Retour en haut