Archive

Journée ville morte observée au KM5 dans le 3e arrondissement de Bangui

Plusieurs commerces sont fermés et les habitants de ce quartier commercial sont restés terrés chez eux au Km5 dans le 3e arrondissement de Bangui ce 13 octobre

 

Les observateurs de cette journée ville morte disent protester contre les regains de violences armées à líintérieur du pays, précisément à Kembe au sud de la RCA.

Plusieurs villes à líintérieur du pays sont en proie aux violences armées ayant fait plusieurs morts, blessés et déplacés. Après Bocaranga au Nord-ouest du pays, la localité de Kembe dans le sud est aussi théâtre díaffrontement armé. Ces combats affectent la paix, le vivre ensemble níest sans conséquence sur Bangui. Cíest dans ce contexte que les habitants de de Km5 ont décidé de la ville morte pour remettre sous les projecteurs cette crise dans un contexte où Adama Dieng ĎíMr génocide de líONUíí vient de boucler une visite de travail dans le pays.

 


© Droits reservés
Les manifestants affirment avoir organisé cette manifestation en soutient avec des leurs dans la foi tués à Kembe, « nous avons décidé aujourdíhui de boycotter les activités commerciales au niveau du marché du Km5 pour interpeller les autorités ainsi que líopinion nationale et internationale sur les situations calamiteuses qui se traduisent par les violences intercommunautaires en RCA. Notamment líattaque qui a eu lieu dans la ville de Kembe il yía trois jours. Des gens qui se sont réunis pour prier dans la mosquée ont été froidement abattus. Comment pouvons-nous rester insensibles à cela ? » A expliqué Ahmed Nouradine un habitant du Km5.

Selon lui, les civils ne doivent pas être des cibles pour les groupes armés, « pourquoi les groupes armés considèrent les civils comme leurs cibles ? Alors quíils connaissent bien leurs ennemis mais ils préfèrent faire leurs représailles sur des personnes innocentes qui níont pas parfois rien à voir avec leur conflit » a-t-il déploré.

Des violences intercommunautaires, des attaques et de représailles opérées par des groupes armés contre les populations civiles, la dernière à Kembe serait attribuée aux auto-défenses de la région. Plusieurs éléments de Ali Darass, voire des généraux ont péri dans cette attaque.


Commentaire


Retour en haut