Archive

Signature d’un accord de financement d’un montant entre le PAM et le Japon pour une assistance alimentaire aux déplacés et réfugiés

Cet accord, qui s’inscrit dans la cadre de l’assistance alimentaire, vise à fournir des produits de base aux populations vulnérables touchées par l’insécurité alimentaire

 

Le Représentant résident du Programme Alimentaire Mondial (PAM), Félix Gomez, et l’Ambassadeur du Japon en République Centrafricaine, Kunio Okamura, ont signé,mardi 3 octobre 2017 à Bangui, un accord de financement d’un montant de 1,7 milliards de francs CFA pour la mise en œuvre d'opérations d’urgence en République Centrafricaine, en présence du ministre des Affaires Etrangères et des Centrafricains de l’Etranger, Charles Armel Doubane et de la Coordonnatrice humanitaire Najat Rochdi.


Cet accord, qui s’inscrit dans la cadre de l’assistance alimentaire, vise à fournir des produits de base aux populations vulnérables touchées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition en République Centrafricaine.

Le ministre Charles Armel Doubane a indiqué que ce don vient consolider les efforts du gouvernement dans la mise en œuvre du plan de relèvement et de consolidation de la paix en République Centrafricaine (RCPCA).

« Le gouvernement fera en sorte que le don apporté aujourd’hui puisse bénéficier aux ayant-droit », a précisé le membre du gouvernement.

L’Ambassadeur Kunio Okamura a souligné que ce don additionnel, qui s’inscrit dans le cadre de l’appel d’urgence lancé par les Nations Unies, reflète la volonté du gouvernement japonais de participer aux efforts de la communauté internationale pour l’amélioration de la consommation alimentaire et à la réduction de la sous-alimentation qui affecte les personnes déplacées, les ménages vulnérables ainsi que les refugiés du Sud-soudan et de la République Démocratique du Congo.

 


© Droits reservés

Le Représentant du PAM, Félix Gomez, a expliqué que son institution se veut un partenaire de choix du gouvernement centrafricain et s’engage également à contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable 2016-2030 auxquels la République Centrafricaine a souscrit, notamment l’objectif n°2 qui vise à « éliminer la faim d’ici 2030 ».

La Coordonnatrice humanitaire, Najat Rochdi, a relevé que « derrière chaque signature d’accord de financement, chaque discours que nous tenons, chaque acte que nous posons, il y a des millions de personnes qui, en fait, mettent tout leur espoir pour un avenir meilleur et pour être les agents de paix d’aujourd’hui et de demain ».

Mme Najat Rochdi a réitéré l’engagement de tout le système des Nations Unies dans toutes ses composantes à soutenir le gouvernement centrafricain dans son processus de relèvement et de retour vers la paix et la cohésion sociale.
Il convient de noter qu’à trois mois à peine de la fin de l’année 2017, le plan de réponse humanitaire qui est passé de 399 millions à 497 millions de dollars est seulement financé à hauteur de 30%.


Commentaire


Retour en haut