Archive

La Minusca annonce le retrait de Sidiki de la ville de Bocaranga

Le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro a annoncé ce mercredi 3 octobre, le retrait de Sidiki de la ville de Bocaranga occupée par son mouvement 3R depuis la semaine dernière

 

Le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro a annoncé ce mercredi 3 octobre, le retrait de Sidiki de la ville de Bocaranga occupée par son mouvement 3R depuis la semaine dernière. Cette annonce a été faite lors de conférence de presse hebdomadaire de la mission onusienne.

Ce retrait de Sidiki fait suite à líultimatum de trois jours que lui avait lancé la mission après líoccupation de la localité par ses hommes, « après líultimatum de la Minusca, Sidiki síest retiré de la ville. Puisquíil est signataire de líaccord du DDRR, on ne pouvait pas lui mettre la main dessus et le transférer à Bangui », affirme Monteiro.

 


© Droits reservés
Le porte-parole de la Minusca nía précisé ni les circonstances ni le jour de son retrait qui selon les informations du RJDH ne serait pas encore effectif. Nos informations indiquent que les hommes de Sidiki, malgré líexpiration de líultimatum de la Minusca sont encore dans la ville de Bocaranga, où ils continuent les pillages.

Contacté par le RJDH, le député de Koui Eusèbe Ngaïsset, remet en cause les propos du porte-parole de la Minusca, « au moment où je vous parle, les éléments de 3R sont à Bocaranga voire Bouar. Vous comprenez que líaffirmation du porte-parole de la Minusca relève de líimaginaire et de la surenchère », dénonce líhonorable.

Le député de Bocaranga, Martin Ziguele rejette aussi líinformation de la Minusca et souligne que les Séléka proches de Paoua « ont quitté pour venir renforcer ceux de Bocaranga ». Líhonorable a aussi confirmé les scènes de pillage dans la ville.

La ville de Bocaranga attaquée le 23 septembre dernier est toujours sous contrôle des éléments de Sidki, un démenti de líaffirmation de la Minusca qui à travers son porte-parole, annonce le retrait de ce chef rebelle de la ville de Bocaranga.


Commentaire


Retour en haut