Archive

Centrafrique : Rupture des cartes séjour au service de líimmigration à Bangui

Le service díImmigration fait face à une carence de carte de séjour. Cette situation facilite, díaprès nos informations, la falsification de ces documents.

 

Cette rupture, selon les informations du RJDH remonte à plusieurs mois. Cette situation est liée, selon le service aux crises que le pays connait depuis 2012, « les multiples crises traversées par la Centrafrique et le mauvais comportement de certains fils du pays qui pendant ces moments de troubles, ont emporté la majeure partie du stock justice cette rupture », explique Patrick Takréndo, cadre au service de líImmigration.

Les étrangers vivant en Centrafrique, reçoivent que des récépissés, « le peu de cartes que nous avions, est épuisé et présentement nos services compétents ne délivrent que des quittances aux étrangers vivant en Centrafrique en attendant que la situation se régularise. Mais ils ont des récépissés » a indiqué Patrick Takréndo.

De sources proches du ministère de la sécurité publique, une machine de fabrication de ces cartes a été achetée sauf quíelle níest pas encore fonctionnelle, « líEtat a passé la commande díune machine de fabrication des cartes de séjours. Cette machine est disponible depuis un certain temps mais líopérationnalisation pose encore problème et nous ne savons pas à quel niveau se trouve le problème », confie une source au sein du département.

Cette situation favorise les falsifications des cartes de séjour en République Centrafricaine, selon une enquête du RJDH, « nous avons mis la main sur plusieurs cartes de séjour falsifiées. Pour líinstant, il est difficile de mettre la main sur les auteurs mais la solution díopérationnaliser la machine achetée », fait savoir une autre source au ministère.

Les cartes díidentité, les permis de conduire ne sont plus délivrés depuis plus de deux ans en Centrafrique. Alors que les cartes de séjour sont liée au manque de machine, la situation des cartes díidentité et de permis, est due au fait que líEtat níarrive pas à recruter une société pour assumer cette mission. La société Centrafrique Carte Système (CCS), ayant signé une convention avec le gouvernement a été recalée par le gouvernement qui a relancé depuis deux mois, líavis díappel díoffre.

 



Commentaire


Retour en haut