Archive

Centrafrique:Un chef rebelle présente un plan de sortie de crise

Christophe Gazam Betty du Conseil national de la résistance fonde ses arguments sur «des propositions réalistes»

 

Líhomme politique est le président du Conseil national de la résistance, (CNR, nouveau regroupement de la rébellion centrafricaine). Cíest à Paris quíil a présenté un plan de sortie de la longue crise politique que connaît son pays. Notre regroupement est un partenaire permanent à un dialogue véritable et aussi une force de propositions qui souhaite contribuer à sortir la Centrafrique de cette crise politique sans fin, a-t-il affirmé. Le plan du CNR prévoit l'ouverture des discussions inclusives sur les causes profondes de la crise à répétition dans son pays et sur les orientations à lui donner pour le protéger de la mauvaise gouvernance. Pour nous, tout ce qui doit être envisagé doit désormais avoir pour ambition de mettre un terme à l'immobilisme et à la léthargie engendrés par la mal- gouvernance. Nous ne pouvons plus continuer à faire l'économie d'un débat franc sur le mal qui mine notre pays, a insisté l'ancien ambassadeur de République centrafricaine (RCA) en Chine.

 


© afriqueredaction.com
Les propositions de la coalition des mouvements rebelles centrafricains comprennent la tenue des élections générales libres, démocratiques et transparentes sous l'égide d'une Commission électorale nationale indépendante (CENI). Il s'agit d'un passage obligé pour sortir le pays de la crise. On ne peut envisager le retour de la confiance dans les institutions de la République sans un scrutin libre, transparent et démocratique, a ajouté le chef rebelle centrafricain. Après une longue période d'actions isolées, les mouvements rebelles centrafricains ont récemment mis en place le CNR qui regroupe la Convention pour le peuple, la justice et le progrès (CPJP), le Collectif des officiers libres (COL), le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et les Forces républicaines nouvelles (FRN). Le CNR compte également en son sein des personnalités politiques et des acteurs de la société civile.

 



Commentaire


Retour en haut