Archive

Centrafrique : Retour à la source

La crise que la République Centrafricaine a connue, ces trois dernières années, ont conduit de nombreuses Organisations Non Gouvernementale à développer des projets dans le pays

 

La crise que la République Centrafricaine a connue, ces trois dernières années, ont conduit de nombreuses Organisations Non Gouvernementale à développer des projets dans le pays. Plus de 200 organisations selon les données officielles se sont installées dans le pays. Mais, au moment où toutes síorientent vers líhumanitaire et les réponses díurgence avec effet immédiat soumis à líusure du temps, líInstitut Républicain International (IRI), a opté pour un accompagnement institutionnel au parlement sur quoi repose en réalité, líavenir díune nation qui sort díune crise dont líorigine fondamentale est institutionnelle.

A travers son intervention, cette ONG américaine a réussi à apporter des solutions à des problèmes institutionnels qui ont toujours conduit ce pays dans le chaos. Les députés et les électeurs placés au cúur du dispositif du projet développé par cette ONG, ont compris pour certains leur rôle et díautres ont assimilé ce que doivent faire les députés. La mystification du député níest plus possible parce que les masques des campagnes électorales sont tombés grâce à la facilitation quía apportée IRI, ce qui a permis aux élus de la nation lors des restitutions parlementaires, díapporter des précisions sans aucune pression quelconque, sur leur véritable rôle.

 


© Droits reservés
En un peu moins de deux années, IRI a réussi à galvaniser un nombre important sur leur rôle de député. Aussi, cette ONG a pu pousser de nombreux élus à comprendre et intégrer dans leur mission, la question de restitution qui, en fait selon le Règlement Intérieur de líAssemblée Nationale est une exigence à laquelle tous les députés sont tenus de síy soumettre entre les deux sessions parlementaires. La RCA a pu faire un véritable retour à la source, aux bonnes habitudes parlementaires qui, nous ont quittés depuis plusieurs décennies.


Commentaire


Retour en haut