Archive

Centrafrique : Plus de 5000 sinistrés à Kabo, dans le nord suite à des inondations

La ville de Kabo, au nord de la RCA, fait face depuis une semaine à des inondations qui ont fait plusieurs sinistrés et díimportants dégâts

 

La ville de Kabo, au nord de la RCA, fait face depuis une semaine à des inondations qui ont fait plusieurs sinistrés et díimportants dégâts. Líinformation a été confirmée au RJDH par plusieurs sources locales jointes par la rédaction.

Selon la croix rouge locale, 5700 personnes sont sans abris et plus 800 hectares de champs inondés. La même structure fait état de 57 maisons écroulées. Ces inondations font suite à la pluie diluvienne qui síest abattue sur la ville entre le 06 et le 10 de ce mois.

Plusieurs quartiers de Kabo sont touchés par ces inondations mais les champs concernés sont ceux qui sont proches même source précise que les quartiers concernés sont proches de petits cours díeau comme Bouka, Lando, Idere, et Ngo solombe.

Namguida, volontaire de la croix locale, parle de catastrophe, « je pense que nous sommes face à une catastrophe. Pour le moment, nous avons pu enregistrer les sinistrés mais ils níont reçu aucune assistance. Certains sont accueillies dans des familles díaccueil et díautres chez des connaissances » explique-t-il.

 


© Droits reservés
Les sinistrés contactés par le RJDH, affirment avoir tout perdu. Ils comptent sur líaide des acteurs humanitaires, « nous níavons plus rien suite à ces inondations. Tout le monde a les yeux tournés vers les acteurs humanitaires », confie un sinistré joint au téléphone.

Le président de la délégation spéciale de la ville Robert Senzema de la ville de Kabo, contacté síinquiète de la situation, « jíavoue que je suis inquiet par rapport à ces déplacés qui níont rien du tout. Qui va les aider ? Cíest la question parce que líaide humanitaire arrive difficile ici, voilà la grande préoccupation aujourdíhui pour nous autorités locale », explique ce dernier.

Les inondations sont signalées dans cette partie du pays tous les deux ans. Les dernières qui remontent en 2015 avaient détruit 45 maisons et 80 hectares de champs.


Commentaire


Retour en haut