Archive

La sécurité reste la seule garantie pour la réussite du DDRR, selon Noël Selesson

La phase pilote du processus DDRR est lancée la semaine dernière par le chef de líEtat Faustin Archange Touadera

 

Le succès du processus DDRR dépend de la sécurité, cíest ce quía déclaré Noel Sélésson, ministre conseiller à la Présidence en matière de DDRR. Il lía dit lors du désarmement des éléments de líune de faction Séléka rénovée, inscrit de la phase pilote lancée à Bangui.

La phase pilote du processus DDRR est lancée la semaine dernière par le chef de líEtat Faustin Archange Touadera. Chaque groupe armé siégeant au comité consultatif devra envoyer 40 personnes dont 20 seront intégrer dans les corps en uniformes et 20 autres pour la démobilisation et réinsertion communautaire. Cíest dans ce contexte que le colonel Noel Selesson appelle les groupes armés à la sécurité alors que plusieurs villes de líintérieure du pays constituent encore des foyers de tensions.

Selon Noel Selesson, la sécurité reste la seule garantie pour la réussite du DDRR « nous travaillons pour faire en sorte que ce DDRR soit bien mené et que les groupes armés, ceux qui désirent intégrer les corps en uniforme le soient et ceux qui optent pour la réinsertion soient aussi réinsérer. Notre souci cíest la sécurité qui reste un défi majeur pour la réussite du processus » a-t-il présenté comme aboutissement du processus.

 


© Droits reservés
Le commandant des ex-Séléka rénovées Geffray basé au camp du RDOT à la sortie nord de Bangui, a confirmé avoir déposé son arme pour son réintégration dans les forces armées centrafricaines, « je suis ressortissant des FACA, je dois regagner le rang. Et, il yía deux tendances des ex-Séléka rénovées, 20 personnes des 400 éléments ont déposé leurs armes ce matin. Les 20 autres éléments de cette même faction se trouvent à Kaga-Bandoro, qui bénéficierons aussi de ce programme pilote dans les jours à venir », a-t-il confié.

Dans le cadre díexécution du programme DDRR, la stratégie adoptée par le comité stratégique, líopération pilote comprend deux volets à savoir la réintégration communautaire et la réinsertion au sein des FACA. Environ 560 combattants sont déjà enregistrés dans le cadre du projet pilote.


Commentaire


Retour en haut