Archive

L’insécurité transfrontalière au cœur d’un sommet tripartite RDC-RCA-Sud-Soudan

Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo accueille depuis le 2 septembre 2017 un sommet tripartite sur les questions de la sécurité transfrontalière et la situation humanitaire.

 

Dans le cadre de la doctrine diplomatique « 9 points zéro » à savoir « zéro conflits avec les neufs voisins égale paix en RDC et dans la sous-région », initiée par le gouvernement de la RDC, les ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Intérieur et les chefs d’Etats-majors des pays concernés à savoir : la RDC, la RCA et le Sud Soudan vont se pencher pendant trois jours autours des questions sécuritaires, diplomatiques, de défense et du flux migratoire.

Selon les organisateurs de cette rencontre, l’objectif primordial de cette réunion Tripartite est la paix ! Rien que la paix. « Cette rencontre va permettre, au nom de principe de subsidiarité, de traiter avec efficience au niveau de la RD Congo, de la République Centrafricaine et le Sud Soudan, les questions récurrentes auxquelles l’aire commune est confrontée, entre autres la sécurité, la stabilité et le développement communs menacés par les incursions récurrentes d’éléments résiduels des groupes armés qui causent aux populations de ces trois pays, mort d’hommes et désolation par des exactions innombrables allant jusqu’à l’esclavage sexuel », a souligné Léonard She Okitundu, ministre congolais des Affaires étrangères et intégration régionale.

 


© Droits reservés
L’afflux des réfugiés et combattants Séléka, Anti-Balaka et peuls en provenance de la RCA a été constaté en RDC. La RDC enregistre 194.035 réfugiés Centrafricains, répartis sur 11 sites parmi lesquelles environ 70.000 en errance et 1.160 dans des familles d’accueil. Selon les informations du RJDH, plusieurs de ces réfugiés exigeraient leur rapatriement où relocalisation dans d’autres pays, à cause de l’infiltration des rebelles qui les ont contraint à fuir.

La Centrafrique et la RDC partagent une longue frontière. Les rebelles du Front du Peuple Congolais pour le Changement et la Démocratie, de John Tshibangu ont installé une base arrière en Centrafrique où trois de ses leaders ont été arrêtés en juin dernier à Bangui.

Malgré le retour à l’ordre constitutionnel, la RCA partie prenante à cette rencontre continue de faire face au défi sécuritaire. La réponse à la crise selon des sources sécuritaires est à la fois interne et externe. Ce sommet tripartite est la deuxième après celui réunissant la Centrafrique, le Tchad et le Soudan à El Fasher en 2016.


Commentaire


Retour en haut