Archive

Centrafrique : La population de Kabo se plaint de líinflation du prix des produits agricoles

La localité de Kabo au nord du pays connait une hausse vertigineuse des prix des produits agricoles et appelle à líaction des ONG, nationales et internationales

 

La localité de Kabo au nord du pays connait une hausse vertigineuse des prix des produits agricoles et appelle à líaction des ONG, nationales et internationales. Cette hausse découle du conflit éleveur-agriculteur persistant dans cette zone.

Une cuvette de manioc vendue entre temps à 750F CFA se vend aujourdíhui à 3500Fcfa, líarachide a vu son prix augmenté drastiquement passant 1500F à 8000Fcfa la cuvette, le mil passe de 2000F à 6000F, le maïs passe de 1250F à 5000Fcfa.

Un habitant de Kabo décrit une situation critique « Les denrées alimentaires produites sur place deviennent rare sur le marché à cause de la destruction des champs par les éleveurs armées, ce qui découragent les agriculteurs à síintéresser de la terre », a-t-il rapporté au RJDH.

 


© Droits reservés
Pour síapprovisionner, la population de Kabo devra tout attendre des Mbrés et Dékoa. Un habitant de Kabo joint par le RJDH a témoigné que « cíest depuis 2012 que la destruction des champs a commencé et se poursuit encore jusquíaujourdíhui. Environ cinq à quinze hectares de champ sont quotidiennement détruits par les búufs des éleveurs », a-t-il témoigné sous couvert de líanonymat

« Kabo est dans la ceinture díinsécurité alimentaire à cause de la baisse de production agricole à quelque mois de la célébration de la journée mondiale de líalimentation. Líagriculture mobilise plus 80% de la population active de Kabo et est de ce fait la première source de revenu de la population locale », regrette un leader communautaire.

Líinflation des prix des denrées alimentaires est un coup dur pour le panier de la ménagère déjà affecté par la crise sécuritaire à cause du faible pouvoir díachat, mais de líinsécurité dans la région. A cela síajoute líabsence de líautorité de líEtat et des techniciens díélevage pouvant délimiter la zone de pâturage. La population de Kabo appelle à líintervention des ONG nationales et internationales en vue de prévenir la crise alimentaire aigue si rien níest fait dans la localité.


Commentaire


Retour en haut