Archive

RCA : encore de violents combats à Niem Yelewa dans la Nana-Mambéré

Des affrontements ont repris depuis 3 jours dans la commune de Niem Yéléwa à l’Ouest de Centrafrique et opposent les éléments 3R du général Abass Sidiki et un groupe d’auto défense

 

Des affrontements ont repris depuis 3 jours dans la commune de Niem Yéléwa à l’Ouest de Centrafrique et opposent les éléments 3R du général Abass Sidiki et un groupe d’auto défense. "Plus d’une cinquantaine de personnes" auraient déjà trouvé la mort selon les premières informations parvenues à RNL. « Le vol de bétail », serait à l’origine de cette reprise de combats entre les deux parties.

« Des bandits sont venus voler deux troupeaux de bœufs », a déclaré Abbas Sidiki, leader du groupe 3 R justifiant la reprise des combats par la volonté de son groupe de “poursuivre les malfrats afin de récupérer les boeufs volés ”.

Pour M. Sidiki, “ses hommes ont pu tuer une soixantaine de bandits dans la forêt et qu’il a perdu 3 hommes dont son porte-parole qui est tombé dans une embuscade des malfaiteurs”

« Faux », réplique Alfred Ngaguena, Secrétaire Général des antibalaka de la Nana-Mambéré qui précise que « les informations concernant les vols de bœufs sont fausses ». Il indique que les auto-défenses de la région « ont toujours accordé leur protection aussi bien aux peuhls que leurs bœufs », avant de s’interroger sur l’utilité d’une telle accusation.

De son côté Jonas Dono, député de Bouar qui confirme les combats, dit avoir informé le gouvernement mais depuis lors, « il n’y a eu aucune réaction jusqu’aujourd’hui ». Selon lui, ces affrontements qui se déroulent entre les villages Yéléwa et Ndongué Douane ont occasionné le déplacement des habitants de la région. Face à cette situation, il appelle le gouvernement à l’aide et espère que les ministres de la sécurité publique et de la défense vont « prendre leurs responsabilités afin de sauver d’autres vies à Nyem Yelewa et les personnes déplacées qui se trouvent dans les environs de Bocaranga, Bouar et Baboua ».

A ce jour, le gouvernement et la Minusca ne se sont encore prononcées sur cette nouvelle flambée de violence dans le Nord-ouest.

 



Commentaire


Retour en haut