Archive

La FAO organise une visite guidée des sites avicoles tenus par des ex-combattants à Bangui

Le but de cette visite est de suivre l’évolution des activités réalisées par ces aviculteurs dans le cadre de la Réduction des violences communautaires (RVC) financés par la MINUSCA.

 

Le Fonds des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a organisé, lundi 21 août 2017 à Bangui, une visite à Bakongo, Gobongo et Fouh sur les sites des aviculteurs, des ex-combattants, bénéficiaires des kits.

Le but de cette visite est de suivre l’évolution des activités réalisées par ces aviculteurs dans le cadre de la Réduction des violences communautaires (RVC) financés par la MINUSCA.

Dieu-Béni Guétémalé, le délégué des aviculteurs, a expliqué que c’est après une formation par les experts de la Fédération nationale des éleveurs de Centrafrique (FNEC), que les bénéficiaires ont reçu 120 poussins.

Il a souligné qu’aujourd’hui, après 41 jours d’activités, ces poussins sont devenus des poulets destinés à la vente et à la consommation.

Il a indiqué qu’à défaut de poulaillers, ces bénéficiaires se sont mis en petits groupes pour élever ces poussins et c’est quand ils seront bien lancés que chacun pourra s’installer à son propre compte.

Il a invité la FAO et le gouvernement à continuer de les appuyer pour qu’ils puissent contribuer à la reconstruction de la RCA parce que c’est la pauvreté qui les a poussés à mal se comporter pendant les événements que notre pays a connus.

 


© Droits reservés
De son côté, Bienvenu Touadéra, membre de l’Association des éleveurs de porcs et de volaille (AEPV) a fait observer qu’ils ont interrompu les activités de ladite association pour céder le local à 10 aviculteurs de Gobongo.

Il a noté qu’il est obligé de leur prêter l’argent de l’AEPV afin d’acheter la nourriture et les vaccins en vue de limiter les pertes (décès des poussins ou des poulets).

Il convient de rappeler que dans le cadre de la cohésion sociale, Jésus-Karim Poumatchi, de confession chrétienne, et Aïcha Adoum, une musulmane, gèrent ensemble le poulailler du site de Bakongo.


Commentaire


Retour en haut