Archive

Le Curé de la Paroisse de Bria appelle au redéploiement des FACA dans la localité

Les activités restent fragilisées à Bria et ses environs après les affrontements armés entre le FPRC et líUPC ainsi que la faction Anti-Balaka coalisée avec le FPRC

 

Les activités restent fragilisées à Bria et ses environs après les affrontements armés entre le FPRC et líUPC ainsi que la faction Anti-Balaka coalisée avec le FPRC. Une situation confuse qui pousse le prélat à appeler une intervention des forces de défense et de sécurité pour pacifier la zone. Appel lancé dans un entretien avec le RJDH ce 7 Aout à Bangui

Líappel du Curé de la Paroisse Saint-Louis de Bria, Gildas Davy Gbéni, de redéployer les forces de défense et de sécurité intervient après líappel de Jean Pierre Lacroix à employer les FACA aux côtés des forces de la Minusca. Ces combats intragroupes armés ont fait des victimes et plusieurs déplacés sur les sites.

 


© Droits reservés
Gildas Davy Gbéni a dans une interview accordée au RJDH, critiqué le climat de sécurité inquiétante de la ville et ses périphéries, « après de nombreux combats, en tout cas cíest le statuquo pour le moment. Des témoignages qui nous parviennent nous informent des cas díincendies, díattaques des villages, des chantiers miniers et la tuerie ainsi que la paralysie de services administratifs », a-t-il síinquiété.

Selon le ministre de culte, le déploiement des FACA est souhaitable pour aider la Minusca à pacifier les zones, « Il est très urgent à Bambari afin quíil y ait une action humanitaire dans la ville. Car, des milliers de personnes ont besoin díune assistance urgente en ce moment puisse que de la ville Bria est entourée de plusieurs chantiers miniers, et des cas de conflits, braquage et autres sont monnaies courantes », a-t-il décrit.

Bria, zone diamantifère níest pas encore dans la zone verte du processus de Kimberley à cause des violences et des présences des groupes armés. Les experts de líONU dans leur rapport ont révélé le fait la pierre précieuse reste la source de financement des groupes armés en Centrafrique.


Commentaire


Retour en haut