Archive

RCA: la délégation de Sant'Egidio en mission d'explication

Un peu plus de deux semaines après la signature, à Rome, d'un accord politique entre les groupes armés et le gouvernement, une mission dudit accord s'ouvre

 

L'un des points majeurs de cet accord était un cessez le feu immédiat des groupes armé en Centrafrique. Mais dès le lendemain de la signature, de violents combats ont eu lieu à Bria où plus d'une soixantaine de personnes ont été tuées. Et cette semaine, ce sont Kaga-Bandoro et Zemio qui ont été le théâtre de violences.

Mauro Garofalo, représentant de la communauté Sant'Egidio, est conscient de la difficulté de mettre en place ce cessez le feu. «Líaccord níest pas une baguette magique, nous explique-t-il, cíest quelque chose qui doit être appliqué morceau par morceau, village par village, mouvement par mouvement. Cíest pour cela que líon doit encore mettre en place Ėet on est là pour ça- les mécanismes prévus par líaccord».

 


© ©Droits réservés
Un autre couac a été révélé à l'issue de cet accord : le cardinal Nzapalainga assure ne pas avoir envoyé d'émissaire à Rome. Pourtant le nom de son représentant figure bien parmi les signataires.

Sur ce point, Mauro Garofalo reste prudent. «Je suis venu ici aussi pour míadresser à la Conférence épiscopale qui va me recevoir en audience pour líexplication et la restitution du texte. Et aussi à la plateforme des leaders religieux de Centrafrique. Je pense que la conférence épiscopale a un rôle fondamental pour diffuser le texte».

A peine signé et déjà vivement critiqué, cet accord pourrait bien ne pas survivre à de prochains affrontement militaires. Ou politiques.


Commentaire


Retour en haut