Archive

Parfait Onanga-Anyanga: «le problème en RCA est avant tout politique et la réponse le sera aussi »

Selon le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Centrafrique, l’usage de la force ne saurait être la solution à la crise que traverse le pays depuis plus de deux ans.

 

La stabilisation de la République centrafricaine peut-elle reposer uniquement sur les actions militaires que mène la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca)? La réponse ne saurait se limiter à l’usage de la force, soutient le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga. «Je crois que le creux de certaines critiques qu’on nous fait, c’est l’idée que l’usage de la force est à la fois le moyen et la finalité. Or, il se trouve que cela est faux. Actuellement, les problèmes en Centrafrique sont le délitement du contrat social et l’instrumentalisation de la religion. Le problème est avant tout politique et la réponse le sera aussi», a-t-il indiqué dans une interview publiée par Jeune Afrique ce lundi 03 juillet 2017.

 


© ©Droits réservés
Parfait Onanga-Anyanga, représentant spécial du secrétaire général de L'Onu pour la RCA
La République centrafricaine est plongée dans un troisième conflit armé. Il est survenu en 2013 lorsque des groupes rebelles du pays s’unissent au sein de la Seleka pour chasser le président François Bozize du pouvoir. Très vite le problème a revêtu une allure de conflit confessionnel qui oppose les troupes de la Seleka, musulmanes, aux anti-Balaka, des chrétiens fidèles au chef de l’Etat déchu. Ce sera le début d’une guerre civile, dont les autorités compétentes peinent encore à définir le nombre exact de victimes.

Bien que le retour au calme se fait progressivement en Centrafrique, des affrontements surviennent de temps à autres dans certaines localités, rappelant sans cesse le climat tendu qui règne dans le pays. La semaine dernière, une reprise de violence à Zemio a causé plus de 1 000 déplacements. Une situation parmi d’autres qui amène Parfait Onanga-Anyanga à relativiser l’impact. «Notre rôle est aussi d’assurer une reprise de la vie économique. C’est pour cela que nous sécurisons par exemple la MSR1, principale route d’approvisionnement du pays, qui va vers le Cameroun.»



Commentaire


Retour en haut