Archive

L’escalade de la violence à Zemio inquiète le HCR

L’institution a rapporté vendredi que plus de 1000 personnes ont fui leurs foyers en quête de sécurité. La reprise des tirs mardi a également poussé de nombreux réfugiés Congolais à quitter la ville.

 

La Centrafrique fait face à une nouvelle montée de la violence dans ses villes de Zemio, Bria et Kaga Bandaro. Elle est le résultat des affrontements entre des groupes d’autodéfense et d’autres groupes armés. Cette situation inquiète le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) qui a indiqué vendredi, 30 juin, que des tirs y sont également portés contre des civils et des travailleurs humanitaires.

 


© ©Droits réservés
Un camp de fortune à Bria,RCA
Ces nouvelles vagues de violence ont contraint 1000 personnes à quitter leurs foyers et les réfugiés congolais du camp de Zemio à retourner en République démocratique du Congo depuis mardi.

«A Zemio, le personnel du HCR dénonce des tirs intenses à l’arme lourde. Les attaques aveugles à Bria ont causé la mort d’environ 136 personnes. Elles ont également fait 36 blessés ; 600 maisons ont été brûlées et 180 autres pillées, d’après des estimations prudentes. Les personnes ayant fui la violence ont été témoins d’attaques brutales, d’assassinats, de vols, de pillages et d’enlèvements», a indiqué porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, s’exprimant vendredi à l’occasion d’un point de presse à Genève.


Commentaire


Retour en haut