Archive

Le chef de la MINUSCA invite les Centrafricains à un "sursaut patriotique"

Parfait Onanga-Anyanga a déploré le fait que certains acteurs politiques centrafricains veulent faire des forces de la MINUSCA

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), Parfait Onanga-Anyanga, a déclaré, lors d'une conférence mercredi 28 juin 2017 à Bangui, que la paix en Centrafrique ne viendrait pas par la guerre.

Parfait Onanga-Anyanga a déploré le fait que certains acteurs politiques centrafricains veulent faire des forces de la MINUSCA, une force offensive dont la mission est de combattre les groupes armés.

Selon lui, la violence ne pourra quíengendrer la violence et que la MINUSCA est une force díinterposition dont le but est de créer les conditions qui permettront aux Centrafricains de se parler.

Le chef de la MINUSCA a salué la signature du pacte de non-agression conclu entre les groupes armés de líOuham Pendé à líinstar de ceux des quartiers Boeing et Km5.

Il a par ailleurs signalé que la MINUSCA travaille actuellement avec le gouvernement sur un projet de redéploiement des forces armées centrafricaines sur tout le territoire national, notamment ceux qui ont suivi la formation de líEUTM (force de l'Union Européenne).

« Nous faisons tout pour reprendre la main à Bria et que les groupes armés doivent comprendre quíil faut que la paix revienne dans cette partie du pays pour permettre à la population de vaquer à leurs occupations», a-t-il déclaré.

Parfait Onanga-Anyanga a invité les Centrafricains à soutenir les nouvelles autorités de pays dans leur quête pour pacifier le pays en mettant en place le programme du Désarmement Démobilisation Réinsertion Rapatriement et la Cour Pénale spéciale.

les temps de ceux qui veulent maintenir la Centrafrique dans le désordre sont comptés, il suffit que les groupes armés comprennent que les centrafricains en ont marre de ces folies meurtrières, a-t-il conclu.

 



Commentaire


Retour en haut