Archive

Centrafrique : Que dit l’accord de Saint ’Egidio sur la question de la justice ?

L’accord de Saint ‘Egidio signé à Rome le 19 juin dernier décide la mise en place d’une commission « vérité-justice et réconciliation », recommandée lors des assises de Bangui en juin 2015.

 

L’accord de Saint ‘Egidio signé à Rome le 19 juin dernier décide la mise en place d’une commission « vérité-justice et réconciliation », recommandée lors des assises de Bangui en juin 2015.

Les pourparlers de Saint ‘Egidio n’a pas exclu les grandes lignes de Forum de Bangui notamment la question de la justice, réparation vérité et réconciliation. Même si l’accord a été signé le 19 juin et que les violences persistent encore sur le terrain, mais la justice selon un acteur de la société civile centrafricaine « reste le seul rempart dans le pays ».

Cette commission « Vérité Justice et réconciliation » a pour mandat de douze (12) mois selon les clauses de l’accord ; laquelle commission qui après avoir acquis toute la documentation existante en la matière « doit précéder aux auditions qu’elle jugera utiles, et produira les recommandations adressées au Président de République et exposera devant l’Assemblée Nationale» peut-on lire dans l’accord signé entre les groupes politico-militaires et les institutions centrafricaine ainsi que la Minusca.

Ces différentes recommandations doivent porter certaines questions sur « le traitement traditionnel en ce qui concerne les cas de réparation et pardon, la réinsertion des leaders et cadres relevant des groupes politico-militaires, la libération des combattants détenus et l’adoption des lois sur la réconciliation nationale, gage de confiance, d’apaisement et de stabilité » ajoute ce document.

Sur les questions de la justice, le présent accord a pris en compte, il faut noter une avancée, celle du refus de l’amnistie « les recommandations du Forum de Bangui en la matière, le travail de cour pénale internationale et la cour Pénale spéciale le droit de la grâce du président de la République »

Si l’accord de Saint ‘Egidio demande un cessez-le-feu entre les forces non-conventionnelles en Centrafrique, nul ne doit s’échapper à la justice. Mais de certains acteurs et observateurs, cet accord reste un vœu pieux.

 



Commentaire


Retour en haut