Archive

Les acteurs judiciaires renforcent leurs capacités pour réduire les violences faites aux mineurs

Une trentaine díacteurs judiciaires, les OPJ, les magistrats, les greffiers renforcent leurs capacités ce mercredi 21 juin à Bangui, afin de réduire les violences basées sur le genre

 

Une trentaine díacteurs judiciaires, les OPJ, les magistrats, les greffiers renforcent leurs capacités ce mercredi 21 juin à Bangui, afin de réduire les violences basées sur le genre en milieu infantile. Líapplication des textes relatifs à la convention des droits des enfants par les acteurs judicaires pose problème.

Charlotte Issa, lieutenant de la police et directrice adjointe de líUnité Mixte díIntervention Rapide (UMMIR) participant à cette initiation sur les droits des enfants a relevé que les mineurs sont exposés aux violences basées sur le genre dans plusieurs domaines, « la convention relative aux droits des enfants níest pas appliquée. Cela constitue déjà une violation au niveau de la chaine pénale », a Ėt-elle constaté.

Poursuivant, charlotte Issa pense que « les acteurs judiciaires à la sortie de la séance díéchange auront la charge de prendre leur responsabilité pour respecter et faire respecter les textes des droits humains dans líexercice de leurs fonctions. Le tribunal pour enfant existe de nom, mais en réalité ne fonctionne pas comme il se doit », a-t-elle suggéré.

 


© Droits reservés
La directrice adjointe de líUMMIR a relevé par ailleurs que « líenrôlement des mineurs par des groupes armés, la maltraitance des enfants dans les foyers, la fragilité des droits à líéducation par la crise, le manque díétablissement díacte de naissance des enfants Ö sont autant de violations des droits des enfants constatées en Centrafrique », avant de rajouter que « les acteurs judiciaires doivent y veiller afin de réduire ce fléau».

La convention relative aux droits des enfants a été adoptée et signée le 20 novembre 1980, elle est entrée en vigueur en 1990. Líapplication de ce texte conventionnel par les acteurs de la chaine pénale pose problème.


Commentaire


Retour en haut