Archive

Centrafrique: Les enfants victimes dans les zones de conflits

Le rapport indique que quatre des six abus graves font líobjet díune surveillance des Nations Unies

 

Selon un rapport publié mercredi 18 mai 2011 à Bangui par Watclist, un réseau díONG humanitaires basé à News York aux Etats Unis et líObservatoire des situations de déplacement interne (IDMC) intitulé «un avenir incertain? Enfants et conflits armés en République Centrafricaine», les enfants centrafricains sont fortement victimes de violation de leurs droits fondamentaux dans les zones de conflit. Le rapport indique que quatre des six abus graves faisant líobjet díune surveillance des Nations Unies, à savoir, líenlèvement díenfants, le recrutement ou líemploi díenfants soldats, les attaques contre des écoles et le refus díautoriser líaccès des organisations humanitaires aux enfants, sont constatés en République Centrafricaine, selon un rapport humanitaire.

 


© journaldebangui.com
«En Centrafrique, les enfants sont confrontés à des abus graves de leurs droits humains» à cause des groupes rebelles, principalement la rébellion ougandaise, líarmée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony qui sévit dans le sud-est du pays, en enlevant des enfants, la rébellion Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) de Charles Massi qui recruterait encore des enfants et des groupes díautodéfense formés par la population pour se défendre des exactions des rebelles. «Lorsquíils sont retenus en captivité par la LRA les garçons sont entrainés à líemploi des armes avec lesquelles ils sont forcés de commettre des atrocités comme le pillage et líincendie de villages, líassassinat de villageois et líenlèvement díautres», constatent les auteurs dans ce rapport aux sujet des enfants de díObo (Sud-est de la RCA). Quant aux filles, elles sont soumises à des viols que le rapport qualifie dí«esclavage sexuel des commandants».

Enfin le rapport a formule des recommandations a líendroit du gouvernement centrafricain, des groupes armés ainsi que la communauté internationale pour sauver líenfant centrafricain. Selon le rapport, le gouvernement doit renforcer les capacités de líarmée en effectif et en formation sur les droits humains dans les zones affectés par les conflits et de mettre fin au système díautodéfense et négocier un accord de paix avec la CPJP. Cette dernière pour sa part doit libérer tous les enfants de moins de 18 ans actuellement dans ses rangs et díarrêter à tout nouveau recrutement díenfants soldats. Alors que líAPRD cesser díoccuper les établissements scolaires quíelle occupe depuis des années. De même, il est recommandée a la communauté internationale, de renforcer la dimension protection de líenfance au sein de son bureau en Centrafrique (BINUCA).

 



Commentaire


Retour en haut