Archive

Ouverture à Bangui de líatelier de validation du document relatif à la restauration des forêts et des paysages

Le but de cet atelier est de valider ce document qui sera soumis au Conseil du Fonds des Nations-Unies pour líEnvironnement Mondial díici le mois de juillet 2017.

 

Le Chargé de Mission en matière de chasse et pêche au Ministère de líEnvironnement, du Développement Durable, des Eaux et Forêts, Chasse et Pêche, Barthélémy Kaïmba, a ouvert, mercredi 14 juin 2017 à Bangui, líatelier de validation du document GCP/CAF/001/ GFF «Restauration des forêts et des paysages en soutien au renforcement de la résilience et à líamélioration des moyens díexistence des communautés en République Centrafricaine ».

Le but de cet atelier est de valider ce document qui sera soumis au Conseil du Fonds des Nations-Unies pour líEnvironnement Mondial díici le mois de juillet 2017.

Le Chargé de Mission, Barthélémy Kaïmba, a expliqué que cet atelier de validation du document de projet de restauration des forêts et des paysages síinscrit dans la volonté du gouvernement de promouvoir le développement local à travers la mise en úuvre de ses engagements internationaux en matière de forêt, biodiversité et environnement.

 


© Droits reservés
Il a souligné que le département de líenvironnement se préoccupe au quotidien de la mobilisation des ressources et de la mise en úuvre des activités qui concourent à líatteinte de ces priorités, en vue de la consolidation et de líamélioration des moyens díexistence des communautés locales et de la réduction de la pauvreté.

Il a remercié le Fonds des Nations-Unies pour líAlimentation et líAgriculture (FAO) pour son appui multiforme en faveur de la République Centrafricaine.

Pour le Représentant de la FAO, Jean-Alexandre Scaglia, le présent atelier de validation clôture le processus de formulation du document lancé en décembre 2016 et permettra aux parties prenantes díexaminer et de síaccorder sur les 4 composantes du projet et leur budget respectif, les arrangements institutionnels ainsi que le calendrier de mise en úuvre.

Il a encouragé la participation active de tous, autorités nationales, organisations professionnelles, population des zones forestières et leurs représentants à contribuer de manière dynamique à la réussite de ce projet.

Il convient de rappeler que ce projet est cofinancé par la FAO et le Fonds des Nations-Unies pour líEnvironnement Mondial (FEM).


Commentaire


Retour en haut