Archive

Centrafrique : Des combats signalés autour de Bambari au centre du pays

Plusieurs villages autour de Bambari, ont été ces derniers jours, le théâtre des affrontements entre groupes armés rivaux, apprend-t-on de sources humanitaires bien informées

 

Plusieurs villages autour de Bambari, ont été ces derniers jours, le théâtre des affrontements entre groupes armés rivaux, apprend-t-on de sources humanitaires bien informées. Cette situation fait craindre le regain de violence à Bambari, relativement calme depuis le retrait de Ali Daras, chef militaire de lUPC.

Les informations du RJDH font état de combats dans les environs de Bambari, entre un groupe de peulhs armés et des hommes armés considérés comme Anti-Balaka. Plusieurs villages proches du chef-lieu de Ouaka seraient touchés par ces violences, selon les sources contactées par le RJDH, « les combats sont ces derniers jours fréquents proche de Bambari. Entre jeudi er vendredi par exemple, il y a eu affrontement au village Greyanda entre les peulhs armés fidèles à lUPC et les Anti-Balaka », a confié une source humanitaire jointe depuis Bambari.

Des informations sur une éventuelle attaque du village Bokorobo ont fait fuir la population qui a rejoint Bambari, « le village Bokorobo se vide parce quil est indiqué que des hommes armés vont lattaquer », expliqué une autre source indépendante qui a requis lanonymat.

 


© Droits reservés
Latmosphère est morose à Bambari, ville du centre de la RCA, en proie aux violences depuis trois ans mais calme depuis le retrait de Ali Daras, « la ville de Bambari nest pas secouée par les violences depuis que Ali Daras est parti mais, les attaques signalées ça et là ces derniers jours, perturbent et font craindre un regain de violence dans la ville », confie une autorité municipale qui a requis lanonymat.

Bambari, deuxième ville de la République Centrafricaine a été au cur des violences depuis que la Séléka contrainte de se retirer de Bangui sy a installé son état-major après la démission Michel Djotodia comme président de la transition en janvier 2014. Les divisions internes au mouvement ont conduit à léclatement de cette rébellion qui, une année plutôt prenait le pouvoir de lEtat en chassant le général François Bozizé.

Depuis la naissance de lUPC à dominance peulhs, une guerre fratricide a rongé la Séléka, guerre qui sest soldée par la domination dudit mouvement sur les autres tendances doù les combats depuis sept mois opposant les autres ails de lex-Séléka (FPRC, PRC, MPC) à lUPC qui a été contraint par la Minusca de se retirer de Bambari en février 2017.


Commentaire


Retour en haut