Archive

CEMAC : Renforcement de capacité des OSC à Malabo

Cette session est organisée par le projet Renforcement de la Gouvernance des Matières Premières en Afrique Centrale (REMAP-CEMAC) de la coopération allemande GIZ

 

Les membres des Organisations de la Société Civile (OSC) des comités de líInitiative dans la Transparence des Industries Extractives (ITIE) du Gabon et de la Guinée Equatoriale sont à Malabo du 6 au 9 juin 2017dans le cadre de la 3e session de formation sur la « démocratie et la bonne gouvernance ». Cette session est organisée par le projet Renforcement de la Gouvernance des Matières Premières en Afrique Centrale (REMAP-CEMAC) de la coopération allemande GIZ.

Depuis hier, 06 mai 2017, trente (30) personnes membres des OSC impliquées dans líInitiative dans la Transparence des Industries Extractives (ITIE) ressortissants du Gabon et de la Guinée Equatoriale sont en session de renforcement de capacité sur la « démocratie et la bonne gouvernance » à Malabo.

Selon les organisateurs de cette formation, líenjeu est le renforcement des capacités des OSC de líAfrique Centrale par des mesures spécifiques qui devront contribuer « à une exploitation rationnelle des matières premières, à la lutte contre la pauvreté et au développement économique durable et harmonieux de la sous-région ».

Síagissant des contenus, Francine Yaimann, assistante administrative du Projet REMAP-CEMAC, a souhaité que líensemble « des modules enseignées participent à líémergence díune société civile plus apte, mieux outillées, plus aguerrie et dynamique pour remplir efficacement son rôle de contrôle, de veille et de plaidoyer ».

 


© Droits reservés
Cette démarche díoutiller les OSC est soutenue par la CEMAC a déclaré, Ndong Pelayoa son Représentant-pays en Guinée Equatoriale. Il a souligné que dans le but de renforcer la transparence dans le secteur extractif, la commission de la CEMAC appuie la mise en úuvre de líITIE, non seulement à travers son engagement pour líInitiative mais aussi à travers la création des conditions favorables pour une bonne gouvernance car líespoir est que « les retombés de líexploitation des matières premières permettent líémergence des Etats membres de la CEMAC et de líamélioration des conditions de vie de la population », a-t-il déclaré.

Pourvu díun sol et sous-sol riche, cette fortune ne contribue pas au développement des pays de la région. Depuis 2008 un accord-cadre est signé entre la Commission de la CEMAC et le Ministère Allemand de la Coopération a donné lieu à líélaboration pour la sous-région du projet REMAP-CEMAC.

Les OSC membres de líInitiative dans la Transparence des Industries Extractives (ITIE) de la Centrafrique et du Cameroun en 2014, celle du Tchad en 2015 et du Congo en 2016, le Gabon et la Guinée Equatoriale clôturent cette série de formations. Cette 3e session intervient après celle organisée aux profits des OSC de ces deux pays sur « le management des associations » et la « société civile et contrôle citoyen de líaction civique », en mars et avril 2017.

Les pays de la CEMAC sont pourvus díun sol et sous-sol riches, malheureusement que ceux-ci sont loin díêtre un moteur de développement.


Commentaire


Retour en haut