Archive

Centrafrique : les habitants de Bria au nord-est dans la psychose

La population de Bria au nord-est du pays est depuis trois jours dans la psychose et redoute une éventuelle attaque des groupes armés. Ces populations appellent le gouvernement et la Minusca

 

La population de Bria au nord-est du pays est depuis trois jours dans la psychose et redoute une éventuelle attaque des groupes armés. Ces populations appellent le gouvernement et la Minusca à la prévention.

La crainte de la population de Bria intervient deux semaines après un violent combat entre les groupes armés le FPRC díune part et les Anti-Balaka díautre part faisant fuir plus de 80% de la population qui trouve refuge dans plus 7 sites des déplacés. Cette psychose a impacté le mouvement des habitants dans un contexte díassistance humanitaire difficile.

Les déplacés du site de PK3 affectés. « Cíest depuis trois jours que ces rumeurs díattaque imminente persiste et nous sommes inquiets parce que la fois passée, ce sont ces rumeurs-là qui circulent dans la ville et en fin de compte il y a eu des attaques. Les gens qui quittent le site pour aller au champ rencontrent des hommes armés qui sont sur les pieds de guerre et tout cela ne rassure pas », a indiqué au RJDH un habitant du site de PK3.

 


© Droits reservés
Díautres personnes contactées confirment líinformation et accuse la Minusca de níavoir pas pris les mesures préventives. « Nous avons téléphoné à la Minusca díici pour prendre des dispositions, mais nos appels sont restés sans suite et maintenant, ils ne décrochent plus nos appels. Il níy a plus díécole parce que tout le monde a peur », nous a confié une source anonyme.

Joint par le RJDH, Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca tente de rassurer la population en ces termes : « Nous sommes présent à Bria et ne pouvons pas permettre que les groupes armés síen prennent à la population. Autre chose particulièrement à Bria, nous tranquillisons la population et protégeons les sites des déplacés ».

Les ressortissants de la Haute-Kotto síorganisent pour une action humanitaire et sécuritaire. Le bilan des derniers affrontements fait plusieurs morts, des maisons incendiées, des déplacés et des blessés. Líassistance humanitaire níest pas encore à la hauteur des attentes des personnes vulnérables.


Commentaire


Retour en haut