Archive

LíONG OXFAM projette un film sur la violence sexuelle

L'Organisation non gouvernementale(ONG) OXFAM a projeté, lundi 22 mai 2017 à Bangui, un film de dix-sept minutes à líintention des Parlementaires centrafricains

 

L'Organisation non gouvernementale(ONG) OXFAM a projeté, lundi 22 mai 2017 à Bangui, un film de dix-sept minutes à líintention des Parlementaires centrafricains sur les violences sexuelle commises pendant les conflits armés.

Líobjectif de ce film est díinterpeler la conscience du grand public et des décideurs sur la question des violences sexuelles dont les femmes sont les principales victimes.

Le film de dix-sept minutes met en exergue les atrocités et surtout les viols commis sur les femmes pendant les conflits. Il met également líaccent sur la porosité des frontières de la République Centrafricaine qui ont permis le commerce illicite et la prolifération des armes causes des conflits récurrents dans le pays.

Le chargé de la Communication à líONG OXFAM, Isidore Ngueuleu, a expliqué quíà travers ce film líONG veut rappeler aux parlementaires centrafricains que leur pays a signé le traité sur le commerce et la prolifération des armes et demander la mise en application de ce texte.

 


© Droits reservés
Cíest pourquoi il a estimé que les femmes, qui sont les principales victimes de ces violences, doivent être associées à líorgane de décision en vue de doter la République Centrafricaine díun cadre juridique pour pallier aux problèmes du commerce et de la prolifération des armes.

En réponse, le Président de líAssemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua, a indiqué que líAssemblée nationale est en train de prendre des initiatives pour mettre les femmes au centre des décisions.

Il a encouragé líOng OXFAM à diffuser davantage ce film en vue díinformer líopinion nationale et internationale sur la violence sexuelle en Centrafrique pour quíun désarmement intégrale soit fait.

Il faut rappeler que, líONG OXFAM est arrivée en République Centrafricaine en 2014 avec líobjectif de répondre aux besoins de la population centrafricaine meurtrie après les conflits armés.


Commentaire


Retour en haut