Archive

Líagriculture un secteur prometteur contrairement au secteur minier, pétrolier et forestier

Le diamant occupe 3% du PIB national alors que le bois quant à lui, 5% du produit intérieur brut.

 

Le diamant occupe 3% du PIB national alors que le bois quant à lui, 5% du produit intérieur brut. LíAgriculture en occupe 58,20% du PIB en 2015. Ce qui fait dire aux observateurs que le pays ne profite pas de ces ressources naturelles et quíil fallait plus développer le secteur agricole.

La Centrafrique compte 27 grandes sociétés et/ou entreprises parmi lesquelles 10 dans le secteur forestier, 8 dans les mines, entre autres Aurafrique et Areva ayant suspendu leurs activités et 9 dans le secteur pétrolier. Trois sociétés minières sont en attente de signature de convention avec líEtat Centrafricain.

Les artisans miniers, au moins 1 million sur tout le territoire font de líexploitation artisanale par des moyens rudimentaires. Líexploitation de líOr et du Diamant est faite à 90% par des artisans miniers mais selon les dispositifs de Code Minier en phase de relecture.

En 2016, dans le secteur minier, la Centrafrique a exporté 12.646,86 carats de diamant pour une valeur de 1.339.273.766 FCFA. Au moins 32.934,78 grammes de líOr ont été aussi exportés. Déjà en 2017, 417.690,98 cartas de diamant sont exportés. Les bureaux díAchats ont encore un stock de 86.683,37 carats, achetés pendant la crise de 2013 à 2015.

 


© Droits reservés
Selon les informations du RJDH, le secteur forestier a aussi contribué à líéconomie. Les taxes diverses ont fait 3.215.992.912 FCFA en 2014 et 3.932.339.224 FCFA en 2015, soit une augmentation de 22%. En 2017, ces chiffres pourront augmenter en fonction de líévolution de la situation sécuritaire dans le pays.

Le secteur pétrolier, même à líétat embryonnaire compte 9 sociétés. Trois sociétés ont signé un contrat de partage de Production qui leur a permis díavoir un Permis de Recherche dénommé (H). Deux sociétés chinoises évoluant dans le nord et une société sud-africaine vers Carnot à líOuest ont versé de 2015 à 2017, environ 6 milliards de FCFA comme frais des taxes diverses.

Des informations du RJDH indiquent dans le nord, 19 puits de pétrole auraient été déjà découverts, ce qui revient à dire, selon des sources proches du dossier que la Centrafrique présente des atouts dans ce secteur mais, malheureusement, il crée plus díincompréhension et de problème que de solution au problème du pays.

La Centrafrique est à la phase de révision du Code Pétrolier et díélaboration de la politique pétrolière. La recherche pétrolière en Centrafrique remonte en 1973.

Líagriculture occupe 66% de la population Centrafricaine et 9% des terres cultivées. Le potentiel des sols est estimé à 15 millions díhectares, alors que la forêt centrafricaine couvre une superficie de 3,8 millions díhectares. Líagriculture et la sylviculture contribuaient, en 2014, à 58% du PIB contre 12% si on prend le secteur de líindustrie extractive (or et diamants) et de transformation (boissons, sucre, cigarettes, tôles).

Des observateurs de la vie économique estiment quíil faudra plus développer le secteur agricole qui profite à tout le monde que de miser sur les secteurs pétroliers, miniers et de bois, avec un faible taux de PIB dans líéconomie centrafricaine.


Commentaire


Retour en haut