Archive

Centrafrique : Une marche silencieuse en mémoire des victimes des conflits

Les victimes et les activistes ont marché silencieusement ce 11 mai à Bangui pour commémorer la deuxième édition de la journée des victimes instituée suite aux recommandations du forum de Bangui

 

Les victimes et les activistes ont marché silencieusement ce 11 mai à Bangui pour commémorer la deuxième édition de la journée des victimes instituée suite aux recommandations du forum de Bangui. Plusieurs activités ont été menées par les ONG des droits de líhomme et soutenues par Cordaid.

Il y a un an tout juste, les victimes commémorent la deuxième journée díédition dédiée en la mémoire des personnes qui ont perdu la vie pendant les conflits armés en Centrafrique. Une journée marquée par la marche silencieuse qui a débuté à Gobongo vers la sortie nord de Bangui, en face de líONM, au Centre Catholique Universitaire et sur le terrain de foot Ball de Sagbado pour chuter au monument des victimes dans le 6e arrondissement de Bangui.

 


© Droits reservés
Sur les banderoles des victimes on peut lire « la réconciliation oui ! Mais la justice díabord ». Cette soif de la justice scander par certaines victimes níest pas anodine. Dans ce mouvement, Miller Jacques Biyolo, une des victimes se souvient encore des quelques atrocités commises en Centrafrique et présente ses émotions, « cette date nous rappelle des événements horribles dans le pays et qui ont causé des regrets dans les foyers. En marchant tout au long des voies, je míen souviensÖ.» a-t-il dit.

Moussa Hassabarassoul, médiateur au Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui, appelle à líunité, le pardon et la justice et engage les centrafricains à voir dans líavenir.

La détermination des victimes est une victoire sur la barbarie et le début díun engagement vers la justice et la réconciliation « la journée est en train de prendre sa place au sein de la communauté avec la mobilisation des victimes et des ONG nationales et internationales. Nous appelons tous les centrafricains au tour de la table pour le renouvellement de la Centrafrique » a souligné Virginie Baïkoua ministre des Affaires sociales, de la Réconciliation et des actions humanitaires.

Des lieux marquant des crimes commis pendant la crise entre 2013-2015 tels que le CEDAD, Sagbado, aéroport et Fatima ont connu le dépôt de gerbes de fleur et bougies allumées en mémoire des disparus.


Commentaire


Retour en haut