Archive

Attaque contre la Minusca en RCA: le casque bleu porté disparu serait mort

En Centrafrique, le casque bleu marocain porté disparu depuis lundi 8 mai serait mort, indique le comité chargé des discussions avec les ravisseurs

 

En Centrafrique, le casque bleu marocain porté disparu depuis lundi 8 mai serait mort, indique le comité chargé des discussions avec les ravisseurs. Ce casque bleu avait été enlevé avec trois autres soldats de la paix cambodgiens lors d'une attaque près de Bangassou dans le sud du pays.

Le président du comité de paix Ė des notables de Bangassou chargés de négocier avec les ravisseurs Ė, l'abbé Alain Blaise Bissialo, confirme : le casque bleu marocain disparu avec trois autres soldats de la paix lundi 8 mai est mort. Il a été enterré par le groupe anti-balaka qui a kidnappé les quatre hommes.

Mercredi matin, les négociateurs se sont rendus sur place. Après discussion avec les miliciens, ils ont commencé à exhumer le corps, avant d'en être empêchés au dernier moment par un chef anti-balaka. Les négociateurs sont donc repartis sans la dépouille mortelle.

Assassinés et mutilés à la machette

 

Le comité de paix de Bangassou avait pu récupérer mardi les corps des trois autres casques bleus, enlevés puis assassinés et mutilés à la machette. « Quand on les a récupérés mardi, les trois corps étaient sur le point d'être enterrés », raconte l'abbé Alain Blaise Bissialo.

Les quatre casques bleus Ė trois Cambodgiens et un Marocain Ė avaient disparu lundi soir après l'attaque de leur convoi par un groupe anti-balaka local à une vingtaine de kilomètres de Bangassou. En provenance de Rafaï, le convoi avait été arrêté à un barrage. Le ton serait monté très vite. Les casques bleus, qui n'ont pas le droit d'engager le tir, auraient été pris pour cible. Un soldat de la paix avait été tué dans líembuscade, ainsi que huit assaillants, selon la Minusca.

D'après la mission de líONU en Centrafrique, ces assaillants níont pas de revendications claires. Elle les qualifie de groupe d'autodéfense vraisemblablement lié aux anti-balaka, mais sans commandement clair. Les leaders des mouvances anti-balaka à Bangui démentent de leur côté toute implication.

Faute d'identification, la Minusca refuse pour le moment de confirmer la mort du casque bleu marocain.

Le président de l'Assemblée générale de l'ONU était mercredi à Bangui. Durant cette visite prévue de longue date, il s'est rendu au chevet des huit casques bleus blessés.


Commentaire


Retour en haut