Archive

Centrafrique: La Télévision Chrétienne Be oko a son autorisation d’émettre

La signature d’autorisation entre le Président du Haut Conseil de communication (HCC) et le Directeur Général de la TVCB a eu lieu à Bangui

 

Cette Télévision à un caractère tant social que commercial. Elle diffusera ses programmes de 12 à 21 heures soit dix heures de diffusion. Les contenus des émissions produites localement sont d’ordre religieux, des informations générales, les magazines économiques, éducatifs culturels et sportifs.

 


© journaldebangui.com
Mme Aimée Dorothée Malénzapa, la ministre de la Coopération et de la Francophonie
Le Directeur Général de la TVCB, le Pasteur Josué Binoua, ministre de l’administration du Territoire et de la décentralisation a lancé un appel pressant à l’endroit des chrétiens de bonne volonté afin qu’ils mobilisent les ressources financières à hauteur de soixante cinq millions de francs Cfa, pour la réalisation dudit projet. Prenant la parole, la Ministre de la Coopération et de la Francophonie, Aimée Dorothée Malénzapa, a déclaré que cette nouvelle station de télévision, dans son rôle sensibilisateur et éducateur doit amener les jeunes à conserver les mœurs traditionnelles au profit des cultures occidentales importées par les chaînes étrangères.

 


© journaldebangui.com
Signature de l'autorisation entre le HCC et le présidente de TvCB
Le Président du Haut Conseil de la Communication, Pierre Sammy MACKFOY, qui a autorisé la diffusion de cette nouvelle chaine dans le contexte socio-médiatique de la Centrafrique a encouragé l’élargissement du secteur audiovisuel en Centrafrique. L’Ambassade Chrétienne, depuis sa création, il y a dix ans, dispose d’une station radio d’obédience religieuse. En plus de la Télévision nationale centrafricaine créée en février 1974, l’opérateur Alfred Poloko, l’actuel ministre de la communication, a crée en 2008, la télévision tropique, une chaine privée. Aujourd’hui le champ des médias s’élargit avec l’autorisation de la création de la Télévision chrétienne Bê Oko.


Commentaire


Retour en haut